[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Soutien à la grève du CHU de Toulouse

Par Ateris (22 octobre 2016)
Tweeter Facebook

Depuis le 13 octobre les infirmières et aides soignantes du service de consultation gynécologique du CHU de Toulouse Purpan sont en grève illimitée pour protester contre la réduction d'effectifs (grève soutenue par les syndicats CGT, Sud et FO). En effet depuis des mois, suivant les directives de "réduction des coûts" imposées au secteur de la santé publique par le gouvernement, la direction de l'hôpital attaque sans relâche les travailleur.se.s ; elle ne recule devant rien pour atteindre les objectifs imposés par le ministère : suppressions de postes, mises au placard, vente de bâtiments au privé, parking payant pour les malades et leur famille, emplois précaires... Bien sûr tout cela ne se fait pas sans conséquences sur la qualité des soins et les conditions de travail : heures supplémentaires accumulées, brimades, méthodes de management visant à pousser les personnels à bout. Les burn-out sont nombreux, mais aussi les suicides : quatre cet été rien qu'à Toulouse.

Le service consultation gynécologique est un exemple parmi d'autres : il y a un an 8 agents à plein temps, aujourd'hui 6 dont 3 en arrêt maladie pour burn-out. Et la direction se permet d'annoncer une nouvelle baisse d'effectifs ! 

Nous soutenons donc cette grève reconduite la semaine prochaine et appelons à contribuer à la caisse de grève ouverte par les grévistes.

Lien : https://www.lepotcommun.fr/ pot/gt62fqp2

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Lutte

Gibert Joseph : « Pour la première fois, nous avons obtenu une victoire »

Entretien. Nous avons rencontré C., employée du magasin Gibert Joseph de Saint-Michel à Paris. Après cinq jours de grève, les employéEs ont réussi a gagner sur toutes leur revendications, en premier lieu le non licenciement d'un de leur collègue. Cette grève apparaît exceptionnelle dans un secteur où le patronat est friand des nouvelles technique de management toujours plus enclines à exploiter les travailleurEs et à briser la solidarité interprofessionnelle. Pourtant, ici comme à la FNAC des Champs-Elysées (près de 60 jours de grève), des regroupement de travailleurEs s'opère, travaillant a la (re)construction de la conscience de classe. Retour sur ces journées où une phrase retient notre attention : « La force des travailleurEs, c'est la grève ! » Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook