[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Quand la France puis le Royaume-Uni légalisent leur dispositif de surveillance numérique de masse…

Sur fond d’accroissement des États policiers, d’accentuation de la répression, du contrôle social en général, sous prétexte de guerre ou de terrorisme, les gouvernements de France et du Royaume-Uni font entrer la surveillance de masse via Internet dans la réalité des institutions « démocratiques ».

Au Royaume-Uni, l’aspirateur du GCHQ légalisé

C’est au terme d’une action engagée par l’association Privacy International que le dispositif technique du GCHQ – l’équivalent anglais de la NSA – servant à aspirer l’ensemble des données transitant sur les lignes Internet du Royaume a été officiellement légalisé. Cela n’a longtemps pas été le cas. Cela fait 10 ans que le GCHQ a ouvert cette tâche dans le secret le plus confidentiel. Pas même les membres du Parlement ne furent mis au courant de l’existence d’une telle machinerie. Le GCHQ a travaillé avec ses équipements de captation et de sauvegarde automatique, sans limitation dans le temps et sans avoir à en référer à qui que ce soit – excepté éventuellement les plus hauts dignitaires de l’État. Dispositif non cadré, pour ne pas dire illégal, c’est l’ensemble des données et métadonnées des contenus transitant sur le réseau britannique qui ont été enregistrées sans distinction et qui sont aujourd’hui toujours sauvegardées (grosso modo ils peuvent non seulement savoir qui, où, quand, comment, mais également quoi, c’est à dire l’ensemble des contenus et pas simplement leur contexte). C’est durant l’année 2015 que l’encadrement légal de ce dispositif a été mis en place. Dans la pratique rien ne change pour le GCHQ qui continue à aspirer ce qu’il veut avec l’absence de limite qui le caractérise et le rapproche en cela de la NSA.

Privacy International est donc débouté de toute demande quant au contrôle, à la limitation ou à la suppression des utilisateurs et utilisatrices d’Internet qui n’ont aucune raison d’être surveillé pour des motifs terroriste.

En France, l’Interception Obligatoire Légale entre en scène

Sous un acronyme presque drôle (IOL) le gouvernement français depuis François Fillon en 2005 a également élaboré et mis en place un système d’espionnage de masse via Internet. Tel que révélé par Mediapart dans des documents d’enquête concernant une société prestataire appelée Quosmos, le dispositif en 2009 était loin d’être calibré pour la captation systématique. On se doute que cela a évolué depuis. Plus encore, lors des prorogations successives de l’état d’urgence, le gouvernement a assoupli les définitions des personnes types qui seraient concernées par une surveillance active, d’écoute des communications réseaux : « identifié susceptible d’être en lien avec une menace ». En outre le motif unique de terrorisme défini dans la Loi sur le Renseignement s’est élargi à des cas moins extrêmes : atteintes aux institutions républicaines, violences collectives portant « gravement atteinte à la paix publique », préservation des intérêts économiques majeurs… Les contestataires du système : tou-te-s surveillé-e-s de près ?

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Surveillance

Un tableau tronqué mais déjà effrayant de la surveillance en France

Le mois dernier la Commission Nationale des techniques du renseignement (abrégé CNCTR) a remis son tout premier rapport concernant l’activité de surveillance en France. Une première chose est remarquable : les chiffres, principalement le nombre des personnes surveillées nominalement qui s’élève officiellement à 20 282 sur l’année passée. Un chiffre partiel et quelque peu inexact car il est le recensement de techniques particulières, non de toutes. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

France

Manifestation en soutien aux inculpé.e.s et contre les violences policières

Ce samedi 15 octobre, en début d’après-midi, une manifestation avait lieu en soutien aux inculpé.e.s et contre les violences policières en manif, dans les quartiers populaires, envers les migrant.e.s, dans les ZAD... Environ 300 personnes ont participé à cette mobilisation : un chiffre dont on peut déplorer la faiblesse, surtout au regard du grand nombre de collectifs et organisations signataires de l’appel. L’essentiel des manifestant.e.s semblait plutôt lié au milieu libertaire. Quelques camarades du NPA étaient également présent.e.s malgré l’absence de drapeaux visibles.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Répression / Violences policières / Racisme d’État

Meeting unitaire : «En France la peine de mort est abolie mais pas la mise à mort»

Jeudi dernier, deux mondes séparés se sont rencontrés lors d'un meeting à la fac de Tolbiac mettant au centre la dénonciation de la répression et des violences policières. D’un côté des jeunes, des étudiant.e.s, des syndicalistes, qui ont pu faire l'expérience de la répression d'Etat au printemps dernier dans leur mobilisation contre la loi travail. De l’autre, des militant.e.s de l’antiracisme politique, des proches ou parent.e.s de victimes des violences policières, bien au fait de cette réalité éprouvée quotidiennement, et cela depuis des décennies déjà, dans les quartiers populaires ou plus généralement par les personnes non-Blanches. Dans la salle comble, les différentes parties ont clairement affirmé la nécessité et la volonté d'arriver à lutter ensemble, au-delà de ce premier pas, pour obtenir justice et faire vraiment reculer les violences et le racisme d'Etat. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook