[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Pour Adama, et pour toutes les victimes de la police

Par Julien Varlin ( 6 novembre 2016)
Tweeter Facebook

Ce samedi 5 novembre, nous avons marché pour Adama, contre les policiers qui l’ont tué dans leur commissariat, et pour réclamer justice.

La détermination était palpable parmi les 1500 personnes qui ont défilé de Chatelet jusqu’à la place de la République. La conscience, aussi, parce que malheureusement, les violences policières, impunies dans la plupart des cas, sont légion. L’émotion était forte pendant la minute de silence, puis pendant que les organisatrices/eurs de la marche égrenaient les noms des victimes de ces dernières décennies, scandés par le mot d’ordre : « on n’oublie pas, on pardonne pas ».

Car il ne peut plus être question de minimiser ce qui relève non pas de « bavures », mais de crimes réguliers : Adama Traoré, Abdoulaye Camara, Wissam El Yamni, Zyed et Bouna, Lahoucine Aït Omghar, Amadou Koumé, Rémi Fraisse, Mourad Touat et Hocine Bouras, Taghbalout Karim… Cela fait presque une victime chaque mois, du fait du contact mortel avec les « forces de l’ordre ».

Nous savons que bien au-delà des personnes qui ont marché cet après-midi en plein Paris, cette conscience, cette colère existe, particulièrement dans les quartiers populaires. Pour les populations les plus victimes du racisme et de l’exploitation capitaliste, la violence policière est quotidienne. Cette violence, ce harcèlement, est invisibilisé pour une grande partie de la population, y compris dans les milieux militants.

Pendant les derniers mouvements, la présence et les brutalités de la police est montée d’un cran, avec la mort de Rémi Fraisse et les nombreuses mutilations de manifestant-e-s contre la loi travail. La volonté de plus en plus ferme des capitalistes de faire passer leurs « réformes » à tout prix se répercute dans la rue par une attitude de plus en plus « décomplexée » du bras policier de l’Etat.

Autour de cette marche et des dernières initiatives comme le soutien aux « 8 de Goodyear », la convergence de tous les secteurs subissant la répression a été définie comme objectif. C’est en effet indispensable. Nous avons face à nous les forces d’un ordre capitaliste et raciste qui a les genoux sur le dos d’Adama, et qui matraque les militant-e-s. Ce n’est qu’en s’attaquant à cet ordre en entier que nous pourrons en finir avec la violence policière et son monde.

#JusticepourAdama
#JusticepourTous

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Meeting de solidarité

Libération immédiate de Youssouf et Bagui Traoré !

Cambadélis, 1er secrétaire du PS, a fait semblant de s'émouvoir de l'assassinat de Malik Oussekine il y a 30 ans, tabassé a mort par les "voltigeurs" de Pasqua. Parallèlement, son parti au pouvoir est directement responsable d'au moins deux crimes policiers : celui de Rémi Fraisse en 2014 et celui plus récemment d'Adama Traoré, sans compter les innombrables cas de violences policières dans les quartiers populaires ou contre les manifestant.e.s lors des mobilisations contre la loi travail. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

#JusticePourAdama

L’État et la police s’acharnent contre la famille Traoré

Après les mensonges du procureur et des policiers, après la honteuse plainte de la maire de Beaumont sur Oise contre Assa Traoré, l'État et la police s'acharnent contre la famille d'Adama Traoré, mort cet été lors d'une interpellation. Baguy et Youssouf ses frères ont été mis en détention cette semaine suite à la plainte de six policiers pour outrage et rébellion à la suite du conseil municipal du 17 novembre auquel la famille souhaitait assister.

Ces mises en détention sont des manœuvres d'intimidation visant à faire taire la famille d'Adama Traoré.
Nous demandons la libération immédiate de Baguy et Youssouf Traoré et la justice pour Adama.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Édito

De Calais à Stalingrad, de Beaumont-sur-Oise en Paca : le tour de France du racisme et de l’impunité

Indignation, dégoût et mépris. Voilà ce que l'on peut retenir de cette semaine pendant laquelle le gouvernement de « monsieur 4% » continue sa sale besogne. Face a la surenchère sécuritaire étalée lors des primaires de la droite, les copinages FN-LR anti-migrants ou encore la continuation des manifs de flics réclamant toujours un permis de tuer (malgré une nouvel assassinat), l’État s'est inscrit dans la continuité de sa politique sécuritaire, évacuant le campement de Stalingrad après avoir détruit la « jungle » de Calais. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Tribune

Contre le coup de force: non à l’impunité policière et au permis de tuer

Une soixantaine de personnes, intellectuels, universitaires, membres de collectifs, proches de victimes, signent une tribune pour dire pourquoi ils ne partagent pas la « colère » des policiers et dénoncent leurs « manifestations ».

Depuis dix jours la situation politique en France a connu un nouveau mouvement à droite. Les événements de Viry-Chatillon ont suscité un emballement médiatique présentant les policiers comme des victimes de la crise profonde, sociale, idéologique et politique, qui affecte le pays, emballement accompagné par un programme de revendications proprement réactionnaires.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook