[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Non, la courbe du chômage ne s’est pas inversée !

Par Gaston Lefranc (26 novembre 2016)
Tweeter Facebook

Le gouvernement crie victoire : ça y est ! la courbe du chômage s’est inversée ! Sapin, le ministre du travail, a déclaré que nous connaissions « la plus forte baisse annuelle (-2,8%) depuis mai 2008 ». Il est vrai que le nombre de chômeurs de catégorie A a baissé de 101 300 entre octobre 2015 et octobre 2016, soit une baisse de 2,8%. Mais si on prend en compte les demandeurs d’emplois en activité réduite (catégories B et C) ou en formation (catégorie D), le nombre de chômeurs a augmenté de 67 200 entre octobre 2015 et 2016.

Ces derniers mois, le nombre de chômeurs en activité réduite, et surtout le nombre de chômeurs en formation, n’ont cessé d’augmenter. C’est notamment la conséquence du plan « 500 000 formations supplémentaires » lancé en début d’année par Hollande pour bidouiller les statistiques « officielles » du chômage qui se concentrent sur les chômeurs de catégorie A. Une manipulation minable d’un président minable, qui ne fera évidemment pas baisser le chômage, mais qui ne contribuera qu’à dilapider l’argent public avec des formations bidon bricolées à la va-vite.

Depuis le début du quiquennat de Hollande, le nombre de chômeurs de catégories A+B+C+D a augmenté de 1,2 millions. C’est un échec complet, qui normalement devrait disqualifier Hollande et toute sa clique.
 

Les catégories de chômeurs inscrits à Pôle emploi

Catégorie A : demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi, sans emploi

Catégorie B : demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi, ayant exercé une activité réduite courte (de 78 heures ou moins dans le mois)

Catégorie C : demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi, ayant exercé une activité réduite longue (de plus de 78 heures au cours du mois)

Catégorie D : demandeurs d’emploi non tenus de rechercher un emploi (en raison d’une formation, d’une maladie…) y compris les demandeurs d’emploi en contrat de sécurisation professionnelle (CSP), sans emploi

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Racisme d’État/Violences policières

19 mars : la marche pour la Justice et la Dignité a été un succès

Ce dimanche 19 mars, un front de lutte radical et déterminé à fait irruption dans la campagne présidentielle.

À l'appel de 14 familles victimes de crimes policiers dont celles d'Ali Ziri, d'Abdoulaye Camara ou encore de Rémi Fraisse et de nombreuses organisations de luttes contre les violences policières tel le collectif Urgence notre police Assassine, [dont la porte-parole Amal Bentounsi grâce à lutte sans treve réussi à faire condamner le policier assassin de son frère], la marche pour la Justice et la Dignité à été un succès malgré une invisibilisation médiatique systématique.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

International

Élections législatives aux Pays-Bas : effondrement du parti travailliste et radicalisation à droite

Mercredi 15 mars, les électeurs néerlandais se sont déplacés en masse pour voter : le taux de participation des élections législatives s'élève à 80,4% contre 74,6% en 2012. Les enseignements du scrutin se résument à une seule chose pour beaucoup de grands médias : l'extrême-droite de Wilders a été largement battue, circulez il n'y a rien à voir... Analyse superficielle comme nous allons le voir. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Histoire

La Commune de Paris, leçons de la première prise de pouvoir par le prolétariat

Le 28 mai 1871 les dernières barricades de la Commune de Paris tombent. Le 30 mai, Marx signe La Guerre civile en France. C’est la première fois qu’il pose de manière aussi évidente la nécessité d’un État ouvrier transitoire.

Il est important aujourd’hui de tirer les leçons de la Commune de Paris. Dès son livre Le 18 brumaire de Louis Bonaparte, Marx avait commencé à comprendre la nécessité pour la classe ouvrière de détruire la machine de l’État bourgeois, marquant par là une avancée sur le Manifeste du Parti communiste qui, lui, ne posait pas encore la question d’un État ouvrier. Pour Marx, l’expérience de la Commune est la confirmation historique de ce qu’il avait conçu.

Nous allons tâcher, par ce compte-rendu de lecture, de montrer en quoi l’expérience de la Commune de Paris demeure aujourd’hui une expérience centrale du mouvement ouvrier.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook