[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Dans les établissements scolaires du Gard, les gendarmes organisent des exercices dits «ALERTE ATTENTAT»

Loin de correspondre à un quelconque souci de prévention ce genre d'exercices a surtout pour vocation de justifier l'Etat d'Urgence, et de banaliser dans l’esprit des jeunes et des enseignants, la présence policière à l'école, ainsi que toutes les mesures liberticides inquiétantes que l’ont voit s’appliquer en France.

C'est ainsi que dans un collège, les gendarmes sont venus faire une première fois, un exposé à tous les enseignants, puis leur ont demandé les numéros de téléphone personnels.

Ils reviendront pour encadrer un "exercice" Alerte attentat.

Un enseignant a adressé un message à tous ses collègues et apposé sur le panneau syndical une affiche appelant à refuser cette mascarade, et à appliquer le Droit de Retrait.

En effet, cette initiative n’est basée sur aucun texte réglementaire. De plus elle est contraire aux lois de l’école. On ne peut ignorer qu’un tel exercice est contre-productif, car il déstabilise la quiétude nécessaire à tout enseignement. Il pourra même produire des effets anxiogènes chez beaucoup, et de l’agitation intempestive chez les autres.

Bref, cette « préparation militaire » n’a pas sa place dans un établissement scolaire.

Face à ce conditionnement des esprits, il faut réagir fermement, pour ne pas laisser s'installer la banalisation, voire l'intériorisation de cette présence policière et, ce climat stressant de pseudo guerre.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Touche pas à ma ZEP

«Touche pas à ma ZEP», ça continue, jusque au bout !

Comme promis par les enseignant-e-s et élèves mobilisé-e-s pour sauver les ZEP (zone d’éducation prioritaire), une nouvelle journée d’action a eu lieu jeudi 5 janvier avec un rassemblement près de Science Po à Paris, qui s’est dirigé ensuite vers l’Assemblée Nationale.

En l’absence de réponse du ministère à leurs revendications depuis maintenant de nombreux mois, les enseignant-e-s et élèves n’ont pas fait la rentrée ce mardi 3 janvier avec plus de 50 établissements mobilisés dans les académies de Créteil, Versailles, Amiens, Lille, Aix-Marseille, avec même 70 % de grévistes dans certains lycées et quelques établissement fermés.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Éducation Prioritaire

«Touche pas à ma ZEP», ça monte, ça monte

Le 17 novembre 2016 avait lieu la troisième journée de grève commune aux lycées relevant de l'éducation prioritaire (zone d'éducation prioritaire ZEP, zone sensible...). Cette lutte a commencé en mai avec le courrier de Najat Vallau-Belkacem dans lequel elle a annoncé la fin de l'éducation prioritaire au lycée, en expliquant que désormais, celle-ci ne concernerait plus que l'«enseignement obligatoire, c'est-à-dire, l'école et le collège».

Derrière une pseudo volonté du ministère de l'éducation de revitaliser l'éducation prioritaire, on s’aperçoit que les collèges et les écoles qui relèvent de celle-ci sont largement en baisse de moyens par rapport à la rentrée 2015. De plus, la ministre a annoncé la sortie de tout dispositif pour les lycées dès 2017. Comment est-ce possible de justifier le fait que l'éducation prioritaire doivent s'arrêter à 14 ans ?

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Jungle de Calais

Communiqué de plusieurs organisations depuis une aire d’autoroute sur le chemin vers Calais

Samedi 1e octobre, 14h45, aire de SETQUES, autoroute A26

Ayant pris acte de la décision du tribunal administratif de Lille de vendredi 30 septembre, nous, les 177 personnes immobilisées par la gendarmerie et la police nationale sur l'aire d'autoroute, avons souhaité, suite à l'appel de la coalition internationale des sans-papiers et des migrants, nous rendre à la "jungle" de Calais pour rencontrer, discuter et exprimer notre solidarité aux migrant.e.s sur place. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

ESR

Précaires de l’Enseignement supérieur et la Recherche, unissez-vous !

Ce samedi 28 mai commençaient les premières Rencontres nationales des Collectifs de précaires de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR). Elles réunissaient des délégué-e-s mandaté-e-s par 14 collectifs, ainsi que des observateurs et observatrices venu-e-s de différents lieux de travail et de plusieurs syndicats. Ces rencontres faisaient suite à de nombreuses assemblées générales de précaires dans différents établissements, et notamment à une action menée le 25 mai au forum « Sciences Recherche Société ». Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook