[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Hausse des dépenses militaires : attention danger !

Par Gaston Lefranc (18 janvier 2017)
Tweeter Facebook

Article pour l’Anticapitaliste du 19 janvier 2017

https://npa2009.org/actualite/economie/hausse-des-depenses-militaires-attention-danger

Depuis la chute du bloc soviétique, la part des dépenses militaires (dans le PIB ou dans les budgets publics) avait chuté dans le monde, surtout dans la décennie 1990…

Aux États-Unis, les dépenses militaires représentaient environ 6% du PIB dans la phase terminale de la guerre froide dans les années 1980 sous Reagan. Elles ont ensuite chuté à 2,9% en 2000. Après le 11 septembre 2001, les États-Unis se sont réarmés (4,6% du PIB en 2009) puis ces dépenses ont baissé à nouveau avec la crise (3,3% en 2015).

En France, le budget de la Défense a diminué de 20% depuis 25 ans et les dépenses militaires représentent dorénavant 2,1% du PIB (contre 4% dans les années 1980).

En progression, mais pas partout

Depuis 2015, les dépenses mondiales d'armement progressent (+1% en 2016), mais de façon différenciée : elles stagnent dans les vieux pays impérialistes, alors qu'elles progressent fortement dans les pays « émergents » d'Asie qui connaissent une forte croissance, ainsi qu'en Europe de l'Est et au Moyen-Orient.

Les États-Unis réalisent 40% des dépenses militaires mondiales. Leur part dans le PIB diminue, mais cela pourrait changer radicalement avec Trump... En Europe, les dépenses militaires allemandes devraient augmenter de 7 milliards entre 2011 et 2020 contre 3 milliards pour la France. En outre, les déclarations de Trump considérant que les États-Unis payaient trop pour la défense de ses alliés pourraient pousser les dépenses européennes à la hausse.

Mais c'est surtout en Asie que les dépenses militaires explosent. La Chine a augmenté ses dépenses militaires de 130% au cours des 10 dernières années. L'Inde vient de voter un budget militaire en hausse de 8% et est dorénavant devant la Russie et l'Arabie Saoudite, numéro 3 derrière les Etats-Unis et la Chine. En Inde et en Chine, la part des dépenses militaires est stable dans leur PIB (autour de 2%), et c'est donc leur forte croissance qui leur permet de développer leur arsenal militaire. Au Japon, malgré la dépression économique, le budget de la défense est en hausse en 2017 pour la cinquième année consécutive (+1,4%) sous l’impulsion du premier ministre nationaliste, Shinzo Abe. Le budget militaire dépasse désormais 1% du PIB.

En revanche, la Russie et l'Arabie saoudite (après les avoir doublé en 10 ans) diminuent leurs dépenses militaires : la chute des prix du pétrole y est pour beaucoup.

Vers une montée des tensions ?

La hausse des dépenses militaires est évidemment une bonne nouvelle pour les capitalistes de l'armement qui vivent des commandes publiques. Mais elles sont globalement une « charge » puisqu'elles se font au détriment de la production de biens d'investissement qui permettent un élargissement de la production.

Alors que l'armée est au service de la classe dominante, l'enjeu pour les capitalistes est que les travailleurs/ses financent ce surcroît de dépenses d'armement. C'est largement ce qui se passe : la hausse des prélèvements pèse avant tout sur les ménages salarié-e-s pour des dépenses d'Etat qui profitent toujours plus aux capitalistes alors que les dépenses sociales sont bloquées.

Dans un capitalisme en crise, la hausse des dépenses militaires des puissances « émergentes » et les annonces de Trump laissent augurer une montée des tensions. La Chine ou l'Inde veulent se donner les moyens d'avoir des prétentions politiques à la hauteur de leur puissance économique, et les États-Unis sont déterminés à conserver leur hégémonie malgré leur affaiblissement économique. Cette configuration est porteuse à moyen terme de conflits militaires, et les armes produites n'ont pas forcément vocation à seulement impressionner l'adversaire.

Ce système devient de plus en plus barbare : il impose non seulement des politiques d'austérité de plus en plus dures, mais désormais également une hausse des dépenses les plus nuisibles pour l'humanité. Combattre pour le détruire et le remplacer par un système où les travailleurs/ses seront aux commandes est plus que jamais nécessaire.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Bulletin de discussion du NPA

Notre congrès doit discuter d’un programme économique de sortie du capitalisme

Alors que Mélenchon a présenté un programme antilibéral complet et chiffré, la majorité actuelle ne veut pas défendre et populariser un projet communiste actualisé. Répéter en boucle quelques mesures d'urgence sans l'inscrire dans une cohérence politique nous rend inaudible. Cela indique que nous n'avons pas de projet alternatif. D'ailleurs, nous n'osons même plus parler de socialisme ou de communisme à une échelle large. Cela nous réduit au mieux à une posture luttiste de résistance aux attaques, au pire à rejoindre les perspectives stratégiques des réformistes qui eux élaborent (http://www.cadtm.org/Les-defis-pour-la-gauche-dans-la).

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Bulletin de discussion du NPA

Notre analyse de la crise alimente le populisme et les illusions antilibérales

Notre parti critique Mélenchon durement, mais la critique reste superficielle. Nous sommes incapables de convaincre sur l'imposture de son programme économique pour une raison fort simple : nous avons la même analyse de la crise que lui... sans nous rendre compte que cette analyse légitime les réponses de Mélenchon ! Alors que l'analyse économique marxiste devrait constituer un fondement solide de notre parti, cet héritage est aujourd'hui dilapidé par la direction de notre parti.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

États-Unis

La presse française au pas devant les néo-nazis américains

Les vendredi 11 et samedi 12 aout 2017, à Charlottesville aux USA, le nazisme a tué, le nazisme a blessé. Nous présentons nos plus sincères condoléances et notre total soutien aux proches de Heather Heyer, ainsi que son total soutien aux proches de tou.te.s les blessé.e.s et traumatisé.e.s côté contre-manifestant.e.s. Il y aurait des dizaines d'articles à écrire, sur la réponse appropriée, les parallèles avec la situation en France et en Europe, les positionnements des partis de pouvoir par rapport à ces faits. Nous allons ici nous intéresser à comment la presse nationale et régionale française a couvert ces événements. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook