[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Contre la répression et les violences policières, pour la justice et la dignité !

Contre la répression et les violences policières, pour la justice et la dignité !

Ce samedi 28 janvier avait lieu à Paris une manifestation contre la (les) répression(s), à l’appel de la « Coordination contre la répression et les violences policières ». Nous y étions présent-e-s sous le drapeau du NPA, aux côtés d’environ 400 manifestant-e-s combatifs/ves, pour exprimer notre solidarité avec tou-te-s celles/ceux que frappe l’État, chargé du maintien de l’ordre capitaliste. Une série de prises de parole sur la Place de la République a illustré l’étendue de la répression et des violences policières, notamment contre les militant-e-s et les personnes racisées. Notre camarade Baptiste est intervenu en soulignant la nécessité de formuler un programme révolutionnaire pour renverser l'État policier. Puis nous avons cheminé d’un pas vif vers le Tribunal de Grande Instance.

Les passant-e-s que nous avons croisé-e-s semblaient rarement comprendre l’objet de notre manifestation. Il est vrai que la désinformation règne, dans les médias dominants, comme l’illustre le traitement réservé à la famille d’Adama Traoré et le silence sur la répression des militant-e-s contre la Loi Travail ou du mouvement de solidarité avec les migrant-e-s, par exemple. Tout de même, il aurait sans doute été possible de faire mieux que certains slogans franchement insaisissables par la population, comme « Un flic, une balle, justice sociale » ou « Siamo tutti antifascisti » (« nous sommes tous antifascistes »). D’une manière générale, la ligne politique exprimée accordait une place exagérée à la dénonciation des institutions policières, et faisait rarement le lien entre ce thème important et des slogans antiracistes et anticapitalistes concrets.

Pour construire un mouvement massif contre la répression, les violences policières, le racisme et l’islamophobie d’État, nous appelons à préparer dès à présent la grande manifestation nationale de la

Marche pour la Justice et la Dignité, jeudi 19 mars à Paris !

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Violences policières

A peine 10 jours après la Marche pour la Justice et la Dignité, la police tue de nouveau !

Dimanche 26 mars, Liu Shaoyo, 56 ans, est tué par des agents de la BAC sur le péron de son appartement, après un appel des voisins qui s'apparente à de la délation.

La version policière, bien relayée par les torchons comme le Figaro, parle de légitime défense, en signalant que la victime s'était jetée sur un des agents avec … une paire de ciseaux.

Très rapidement, cette version a été démentie par la famille, présente lors du meurtre. Si Liu Shaoyo avait des ciseaux, c'est qu'il cuisinait du poisson, et s'il était sur le pas de sa porte, c'est qu'il s'inquiétait largement des coups portés sur la porte de son appartement, par des gens armés en civil. Il s'agissait d'agents de la BAC. Ces agents ont donc tué un homme devant ses enfants.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Racisme d’État/Violences policières

19 mars : la marche pour la Justice et la Dignité a été un succès

Ce dimanche 19 mars, un front de lutte radical et déterminé à fait irruption dans la campagne présidentielle.

À l'appel de 14 familles victimes de crimes policiers dont celles d'Ali Ziri, d'Abdoulaye Camara ou encore de Rémi Fraisse et de nombreuses organisations de luttes contre les violences policières tel le collectif Urgence notre police Assassine, [dont la porte-parole Amal Bentounsi grâce à lutte sans treve réussi à faire condamner le policier assassin de son frère], la marche pour la Justice et la Dignité à été un succès malgré une invisibilisation médiatique systématique.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Répression

Gouvernement PS : un dernier tour de vice sécuritaire et puis s’en va

Tandis que médiatiquement c’est la campagne présidentielle qui occupe tous les titres, le gouvernement, ne se contentant pas de la gestion des affaires quotidiennes, continue de voter loi et réforme. Depuis une semaine alors que l’on parle partout de Théo, jeune homme victime du racisme quotidien des policiers, violenté et violé par les hommes en bleus, du FN à la gauche, en comptant sur l’absention du FdG, on vote au parlement une dernière loi sur la sécurité publique. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook