[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

A bas l’acharnement judiciaire qui touche notre camarade Kosta ! Non à cette justice de classe !

Communiqué du Secrétariat national jeunes du NPA

Kosta T., étudiant en sciences politiques, a milité à nos côtés dans le cadre du mouvement contre la loi Travail. Suite à la grande manifestation du 14 juin, la justice s’est abattue sur lui : il a été accusé d’avoir lancé des projectiles sur des policiers. Kosta a toujours nié les faits qui lui sont reprochés et le 15 novembre, le tribunal de Paris l’a jugé non coupable. En effet, le dossier d’accusation était vide de tout élément à charge et la confusion régnait autant dans le procès-verbal des policiers que dans les déclarations de ces derniers. Malgré tout, le procureur de la République a décidé de faire appel. La date du jugement en appel n’est pas encore fixée.

Cet acharnement judiciaire fait planer une épée de Damoclès au-dessus de notre camarade, afin de l’empêcher comme tant d’autres au cours du mouvement de faire valoir leur expression politique. Dès lors, comment étudier sereinement ? Les procès politiques se multiplient depuis l’automne, et celui de Kosta en est symbolique. Le système judiciaire révèle son véritable visage : il s’agit de faire regretter aux militant·es du mouvement social leur engagement contre la loi Travail et son monde. Le système judiciaire, derrière son apparente neutralité, défend en réalité les intérêts de la classe capitaliste.

Cette justice cible par ailleurs en particulier les personnes non blanches, les femmes et les jeunes. Ainsi, la justice raciste s’en prend aux personnes non blanches et aux habitant·es des quartiers populaires, pour les intimider et leur faire passer l’envie de lutter, comme dans le cas de Youssouf et Bagui Traoré et tout récemment dans le cas de Théo. Pour la libération de Jacqueline Sauvage, il a fallu attendre l’amnistie présidentielle, parce que la justice sexiste s’est acharnée sur elle, comme elle ferme trop souvent les yeux sur les violences sexistes en général.

Nous demandons l’abandon immédiat des poursuites judiciaires contre Kosta et l’arrêt de l’acharnement judiciaire contre les militant·es du mouvement social, les jeunes, les femmes et les personnes non-blanches.

À bas l’acharnement judiciaire !
Non à cette justice de classe, raciste, et sexiste !
Pas de justice, pas de paix !

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Violences policières

A peine 10 jours après la Marche pour la Justice et la Dignité, la police tue de nouveau !

Dimanche 26 mars, Liu Shaoyo, 56 ans, est tué par des agents de la BAC sur le péron de son appartement, après un appel des voisins qui s'apparente à de la délation.

La version policière, bien relayée par les torchons comme le Figaro, parle de légitime défense, en signalant que la victime s'était jetée sur un des agents avec … une paire de ciseaux.

Très rapidement, cette version a été démentie par la famille, présente lors du meurtre. Si Liu Shaoyo avait des ciseaux, c'est qu'il cuisinait du poisson, et s'il était sur le pas de sa porte, c'est qu'il s'inquiétait largement des coups portés sur la porte de son appartement, par des gens armés en civil. Il s'agissait d'agents de la BAC. Ces agents ont donc tué un homme devant ses enfants.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Répression

Gouvernement PS : un dernier tour de vice sécuritaire et puis s’en va

Tandis que médiatiquement c’est la campagne présidentielle qui occupe tous les titres, le gouvernement, ne se contentant pas de la gestion des affaires quotidiennes, continue de voter loi et réforme. Depuis une semaine alors que l’on parle partout de Théo, jeune homme victime du racisme quotidien des policiers, violenté et violé par les hommes en bleus, du FN à la gauche, en comptant sur l’absention du FdG, on vote au parlement une dernière loi sur la sécurité publique. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Violences policières

Émeutes à Aulnay-sous-bois : qui sème la hogra récolte l’intifada !

Des voitures et des poubelles brûlées, des dizaines de personnes rassemblées dehors et des affrontements avec la police ont eus lieu hier a Aulnay-sous-Bois. Expulser la colère, exprimer la colère à l'encontre de l’État et de son bras armé.

L'élément déclencheur ? L'interpellation violente de Théo Luhaka qui protesta face à un énième contrôle policier, un énième contrôle au faciès.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Répression

Contre la répression et les violences policières, pour la justice et la dignité !

Ce samedi 28 janvier avait lieu à Paris une manifestation contre la (les) répression(s), à l’appel de la « Coordination contre la répression et les violences policières ». Nous y étions présent-e-s sous le drapeau du NPA, aux côtés d’environ 400 manifestant-e-s combatifs/ves, pour exprimer notre solidarité avec tou-te-s celles/ceux que frappe l’État, chargé du maintien de l’ordre capitaliste. Une série de prises de parole sur la Place de la République a illustré l’étendue de la répression et des violences policières, notamment contre les militant-e-s et les personnes racisées. Notre camarade Baptiste est intervenu en soulignant la nécessité de formuler un programme révolutionnaire pour renverser l'État policier. Puis nous avons cheminé d’un pas vif vers le Tribunal de Grande Instance.
 

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook