[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Une analyse des résultats du second tour de la présidentielle

Par Gaston Lefranc ( 8 mai 2017)
Tweeter Facebook

Plus d'un tiers des inscrits se sont abstenus ou ont voté blanc

Macron a donc été élu président de la république avec 66,1% des voix. Cette large victoire en pourcentage de suffrages exprimés masque le fait qu'une minorité de Français a voté pour lui. Alors que Chirac avait été élu en 2002 avec 62% des inscrits face à Le Pen, Macron n'obtient que 43,6% des inscrits.

Alors que la participation est traditionnellement plus forte au second tour, l'abstention a augmenté de 3 points pour dépasser 25%, un record depuis l'élection de 1969. Elle atteint environ 30% chez les ouvriers et employés, et plus de 35% chez les jeunes. Les votes blancs représentent 11,5% des votants, un record absolu. Ainsi, les abstentions et votes blancs représentent plus d'un tiers des inscrits (34%).

Le Pen rassemble moins d’un quart des inscrits (22,4%). Elle progresse néanmoins fortement en pourcentage et en voix (+3 millions) entre les deux tours, pour atteindre 10,6 millions, deux fois plus que son père en 2002 (l’ensemble des tableaux ci-dessous est une synthèse des différents sondages sortis des urnes dont la liste figure en fin d’article).

Plus tu es riche, plus tu votes Macron

Le clivage de classe (sociologiquement) est très net : Macron écrase Le Pen chez les plus riches et les plus diplômés. Il réalise 80% chez les cadres et ceux dont les revenus du foyer sont supérieurs à 3 500 €. Il devance aussi largement Le Pen dans l’électorat le plus âgé : 76% chez les retraités.

En revanche, Le Pen devance Macron chez les ouvriers avec 57,5% et s’en rapproche chez les employés (44%). Parmi ceux qui déclarent s’en sortir « très difficilement », elle atteint même 69%. Le Pen incarne donc la colère des catégories populaires les plus désespérées alors que Macron est l’idole de la France qui gagne, qui profite du système, et qui souhaite que cela continue. Comme pour Chirac, les populations d’origine immigrée ont voté massivement pour Macron, et cela s’est reflété dans le rassemblement de dimanche soir au Louvre. Néanmoins, le taux d’abstention est sans doute aussi très important parmi elles. En Seine-Saint-Denis, alors que la participation avait augmenté de 12 points entre les deux tours en 2002, elle a reculé de 5 points cette fois-ci ; l’abstention y atteint 32,5%.

On retrouve également un clivage géographique très net. Macron réalise près de 90% à Paris. Il cartonne dans les grandes métropoles (88% à Nantes et à Rennes, 86% à Bordeaux, 84% à Lyon, 81% à Strasbourg, 78% à Lille etc.), y compris dans les départements où le FN est très fort. Dans les anciennes zones industrielles du nord, le FN fait des scores très importants. Le Pen devance Macron dans le Pas de Calais et dans l’Aisne. Elle réalise par exemple 57% à Calais. Dans les zones rurales paupérisées, elle fait aussi de très gros scores : 49,5% en Haute-Marne, 49% dans les Ardennes, 48,5% en Meuse. Le Pen talonne aussi Macron sur une partie de la côte méditerranéenne : 49% dans le Var, 47% dans les Pyrénées Orientales.

Les reports de voix entre le premier et le second tour

La moitié des électeurs de Mélenchon du premier tour ont voté Macron. Environ 40% se sont abstenus ou ont voté blancs, et 10% se sont reportés vers Le Pen. Les reports vers Macron ont été logiquement bien meilleurs chez les électeurs de Hamon, puisque les trois quarts d’entre eux ont voté pour lui et qu’une partie marginale a voté Le Pen.

Chez les électeurs de Fillon, le report s’est également fait majoritairement du côté de Macron (46%), mais une minorité importante (la partie la plus populaire de son électorat : cf. http://www.ifop.com/media/pressdocument/977-1-document_file.pdf) a voté Le Pen (19%). C’est notamment le cas des milieux proches de la « Manif pour tous » dont les dirigeants avaient appelé à faire « barrage » à Macron. Les électeurs de Dupont Aignan ont très mal respecté la consigne de leur candidat, puisque seul un gros tiers s’est reporté vers Le Pen. Dans sa ville de Yerres, Le Pen ne fait que 31,5% alors que les scores cumulés de Dupont Aignan et Le Pen faisaient 39,3% au premier tour.

Quelle projection pour les élections législatives ?

Il n’y aura pas d’état de grâce pour Macron, qui a été élu par une minorité de Français alors qu’il avait face à lui l’épouvantail Le Pen. Seuls 16% des électeurs de Macron l'ont fait pour son programme ; 43% pour marquer leur opposition à Le Pen, 33% pour le renouvellement politique qu'il représente, 8% pour sa personnalité. Quelques jours avant l’élection, seuls 41% des gens souhaitaient qu’il « joue un rôle important au cours des mois et des années à venir ». Il n’a en particulier pas de mandat populaire pour s’attaquer au code du travail : 38% des gens seulement approuvent son projet de réforme du code du travail, et 70% s’oppose à ce qu’il procède par ordonnance !

Au soir du second tour, environ 60% des gens souhaitent que Macron n’ait pas de majorité parlementaire à l’assemblée nationale. Autrement dit, les jeux sont ouverts pour les législatives de juin, d’autant plus que la configuration politique est toujours incertaine, même si elle commence à se clarifier.

Macron investira des candidats « République en marche ». Il a bien précisé que les candidats pourraient rester au PS ou à LR, mais qu’ils devront accepter cette étiquette pour ne pas avoir de candidat « En marche » face à eux. Une partie des députés PS (les proches de Valls notamment) accepteront certainement l’offre de Macron. Hamon a indiqué qu’il soutiendra des candidats face aux socialistes « en marche ». Le PS est en train de voler en éclats dans la confusion générale.

Mélenchon est en train d’imposer son leadership à la gauche de Macron. La « France insoumise » est estimée à 14% aux législatives, loin devant le PS (8,5%). Le PCF serait marginalisé autour de 1-2%, et les Verts feraient à peine mieux. Le PCF et Hamon ont renouvelé leur proposition d’union à Mélenchon. Mais ce dernier souhaite poursuivre sur sa dynamique de la présidentielle, imposer au niveau national la « France insoumise » et écraser ses concurrents à gauche. Il n’y aura au mieux qu’un accord minimal sur quelques circonscriptions avec le PCF ou Hamon. Dès 21h dimanche soir, Mélenchon a appelé à la « résistance » contre le programme de « guerre sociale » de Macron et espère être en mesure de constituer une majorité. C’est aujourd’hui peu probable, mais la possibilité de nombreuses triangulaires ou quadrangulaires laisse le jeu ouvert. Néanmoins, la concurrence entre la France insoumise, le PCF, et les PS hamonistes pourrait empêcher à de nombreux candidats de la France insoumise d’accéder au second tour.

Sources sondagières :

http://www.ipsos.fr/decrypter-societe/2017-05-07-2nd-tour-presidentielle-2017-comprendre-vote-francais

http://www.ipsos.fr/decrypter-societe/2017-05-07-2nd-tour-presidentielle-2017-sociologie-electorats-et-profil-abstentionnistes

http://harris-interactive.fr/wp-content/uploads/sites/6/2017/05/Rapport-Harris-Complet-Sondage-Jour-du-Vote-2nd-tour-presidentielle-M6.pdf

http://harris-interactive.fr/wp-content/uploads/sites/6/2017/05/Rapport-Harris-Sondage-Soir-du-Vote-2nd-tour-de-lelection-presidentielle-M6.pdf

http://fr.kantar.com/elections/legislatives/2017/les-francais-et-les-elections-legislatives-2017/

https://staticswww.bva-group.com/wp-content/uploads/2017/05/Sondage-Jour-du-vote-Second-tour-POP2017-7-mai-2017-.pdf

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

International

L’élection présidentielle iranienne de 2017 et ses enjeux

L’élection présidentielle iranienne de 2017 a eu lieu le 19 mai. Presque 56 millions d’Iraniens pouvaient voter, et plus de 41 millions, à savoir 73 pour cent, l’ont fait. C’est le président sortant, Hassan Rouhani, qui l’a emportée avec plus de 23 millions de votes, contre presque 16 millions pour son adversaire principal, Ebrahim Raisi, un proche du guide suprême iranien Ali Khamenei qui représentait la faction conservatrice et religieuse de l’etablishment politique iranien. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Poutou 2017

Une contribution au bilan de campagne du NPA aux présidentielles 2017

Au-delà des désaccords de forme que certains camarades ont pu formuler sur le ton de la campagne, on peut regretter que notre parti n’ait pas réussi à donner à voir, tout en s’appuyant sur ces exemples de lutte précis et concrets, des perspectives cohérentes pour remplacer le capitalisme sur tous les plans, social, économique, moral, environnemental… : en bref, pourquoi et comment faire la révolution. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Elections

Une analyse des résultats du premier tour de l’élection présidentielle

Triste issue pour ce premier tour de la présidentielle : le PS et les Républicains sont balayés, ne réunissant qu'un quart des voix... C'est en soi une bonne nouvelle. Mais la mauvaise est que la décomposition du système politique en place engendre deux monstres : Le Pen, la candidate de la haine et Macron, la créature du CAC 40 pour remplacer le PS et LR discrédités. La bourgeoisie se frotte les mains et ne cache pas sa jouissance obscène : le CAC 40 a flambé de 4% lundi 24 avril, avec un bond de 8% pour les valeurs bancaires. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Elections

Boycott du second tour et place à la lutte de classe !

Les sondages ne se sont pas trompés sur les deux qualifiés pour le second tour. Les candidats du PS et de LR ont été balayés. Ils laissent place à un duel entre la représentante de l'extrême droite et le représentant de « l'extrême centre », qui fusionne les pires opportunistes de « gauche » et de droite autour d'un projet néolibéral de contre-réformes dicté par le MEDEF et dans le cadre de l'Union européenne. Macron est un pur produit marketing de la société du spectacle, fabriqué de toute pièce par les patrons du CAC 40, pour tenter de surmonter leur crise d'hégémonie. Leur opération a malheureusement réussi.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook