[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Allègements records de cotisations sociales : c’est le salaire différé des travailleurs qui est amputé !

Une nouvelle fois, les exonérations de cotisations ont explosé en 2008 : +13,1%, après +13,5% en 2007 et +13,6% en 2006 ! Elles représentaient 30,7 milliards d’euros en 2008, ce qui correspond au fameux déficit record de la Sécurité sociale prévu pour 2010. Principale mesure responsable cette hausse spectaculaire en 2008 : les exonérations de cotisations sur les heures supplémentaires (qui représentent 2,8 milliards d’euros).

La baisse des cotisations sociales payées par les patrons est une baisse du salaire différé. Certes, l’État compense (partiellement) ces exonérations en alimentant les caisses de la Sécurité sociale. Mais cette compensation n’est pas neutre, puisque ce sont alors essentiellement les travailleurs qui financent, via les impôts (prélèvement sur leur salaire direct), leur protection sociale. Avec les exonérations de cotisations – que celles-ci soient ou non compensées par l’État – il y a donc une baisse du salaire total et corrélativement une hausse des profits.

Même si elles sont plus « indolores », les exonérations de cotisations sociales sont tout aussi inacceptables que les baisses du salaire direct. Il faut revendiquer la suppression de toutes les exonérations, sans lesquelles il n’y aurait pas le fameux « trou » de la Sécurité sociale.

Salaire

La distinction entre cotisations « salariales » et cotisations « patronales » est une distinction purement comptable : les cotisations « salariales » apparaissent sur la feuille de paie et constituent, en sus du salaire net, le salaire brut (si bien qu’elles peuvent apparaître comme une déduction du salaire net, et donc « payées » par le salarié) ; les cotisations « patronales n’apparaissent pas sur la feuille de paie. Mais les deux types de cotisations sont payés par le patron, qui paie donc l’ensemble du salaire (direct et indirect). Le salaire direct va directement dans la poche du salarié, alors que le salaire indirect (ou différé) est mutualisé sous forme de prestations sociales.

Salaire
Source : slovar.blogspot.com

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Lutte de classe

GM&S : La force des travailleurs/euses, c’est la grève !

Après être passée entre les mains de multiples crapules et avoir subi de nombreux redressements judiciaires a causes de ses gérants/actionnaires, l'usine de mécanique spécialisée actuellement "propriété" de GM&S et sous traitante notamment de Renault et PSA (groupes réputés pour leur coupes budgétaires et les licenciements à tour de bras) risque a nouveau d'être placée en redressement judiciaire. Les premier.e.s affecté.e.s sont évidemment les ouvrier.e.s, qui se battent depuis des mois pour maintenir les 279 emplois du site. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

1er Mai

Après le 1er Mai

Environ 142 000 personnes ont défilé en France à l'occasion de la journée internationale des travailleur-se-s. C’est légèrement plus que lors des dernières années, mais ce n’est pas un très bon chiffre. C’est moins que par exemple en 2009 où Sarkozy avait fait le plein contre lui (450 000 manifestant-e-s), et c’est bien moins qu’en 2002 où plus d’un millions de personnes avaient défilé, mobilisées par la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook