[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Déclaration de Jean-Pierre Delannoy, responsable CGT Nord-Pas-de-Calais, candidat pour le « Comité national pourune CGT de lutte des classes » au 49e Congrès confédéral de la CGT

Par Jean-Pierre Delannoy (20 janvier 2010)
Tweeter Facebook

Plus que jamais le combat continue face aux enjeux prioritaires :
retraites, emploi, salaires, régularisation des sans-papiers !

Le 49e congrès vient à peine de se terminer que déjà, dès les premiers jours de janvier, on sent l’empressement des Unions départementales, sous l’impulsion de la Direction confédérale, de vouloir appliquer les décisions du 49e congrès confédéral de Nantes.

Il faut dire que ce 49e congrès aura vécu un moment historique dans l’histoire de la CGT, celui d’une contestation rendue visible au travers d’une candidature émergeant de la base.

Pour éviter que notre candidature ne puisse devenir un point d’appui et d’ancrage et favoriser ainsi l’expression d’une contestation qui couvait déjà depuis une dizaine d’années, la direction confédérale, sous couvert d’une « légitimité » que lui confère le 49ème congrès, pousse les Unions départementales à multiplier les Assemblées générales d’unions locales pour essayer d’imposer ses orientations. Elle avait déjà commencé à les appliquer avant le 49e Congrès qui n’avait visiblement pour but que d’officialiser une démarche engagée préalablement.

On peut néanmoins s’interroger sur cette « légitimité ». En effet, de nombreux délégués avaient été sélectionnés par les fédérations sans respect des propositions des structures de base. Sur 982 délégués, 756 vivaient leur 1er Congrès national. Or pour tous ceux qui l’ont vécu, on connaît la rapidité des décisions à prendre, la complexité du fonctionnement hyper centralisé, les pressions qui s’exercent, le stress qui en découle ! Malgré tout cela, près de 30% des délégués ont voté contre ou se sont abstenus sur les résolutions.

Delannoy
Jean-Pierre Delannoy au congrès de la CGT

On peut comprendre aussi le souci de B. Thibault de vouloir garder sa matière grise en la personne de J.-C. Le Duigou. Sorti par la porte du Bureau confédéral visiblement pour donner des gages à la contestation qui montait, il rentre par la fenêtre comme conseiller personnel du S/G de la Confédération. Il n’a même plus à s’expliquer sur ses propositions en recul par rapport aux droits sociaux : bonjour le progrès démocratique !

Il est d’autant plus nécessaire pour la direction confédérale de « mettre au pas » les structures de proximité, et de préparer les conditions de nouveaux compromis au nom de l’unité syndicale et alors que se pointent d’importants enjeux nationaux comme les retraites, l’emploi, la mise en cause des services publics, le pouvoir d’achat.

Le premier de ces enjeux, c’est l’avenir des retraites dont les discussions doivent s’engager au printemps 2010. D’ores et déjà, beaucoup de nos organisations syndicales, du Public comme du Privé, exigent de construire sans plus attendre la mobilisation, notamment contre l’idée de la Maison commune des Retraites.

La retraite pleine et entière à 55 ans dans le Privé et le retour aux 37,5 années de cotisations dans le Public et le Privé sont les véritables revendications des salariés.

La contestation, qui s’est exprimée de façon visible lors du 49e Congrès, va légitimer et contribuer à construire une mobilisation nationale et durable avec comme objectif la grève générale. Nous allons défendre ces orientations et proposer des actions dans les différents meeting et réunions régionales que le « Comité National pour une CGT de lutte de classe» va reprendre dès la fin janvier.

Il est urgent de construire des mobilisations dans l’esprit du « Tous ensemble » pour créer un rapport de force et pour gagner ! Nous ne voulons plus des mobilisations épisodiques dont le but est d’adoucir les conséquences du Capitalisme.

Nous n’avons pas vocation à structurer ou à organiser une opposition au sein de la CGT ; nous voulons peser dans les débats pour imposer avec la base une autre orientation et une autre stratégie que celles proposées actuellement par la direction confédérale.

C’est dans ce sens que Jean-Pierre Delannoy a présenté sa candidature au poste de secrétaire général de la CGT. La voie est ainsi tracée pour permettre l’émergence de nouveaux candidats dans le futur. La candidature de Jean-Pierre Delannoy est un point d’appui, un repère qui peut permettre un large rassemblement sur des conceptions de classe et de masse.

Avec la question des retraites, il y a les problèmes de l’emploi et du pouvoir d’achat. 2010, voire 2011 risquent d’être aussi désastreux pour l’emploi que 2009 si nous ne réagissons pas. La revalorisation est notre objectif prioritaire avec notamment la revendication des 300 € pour les actifs comme pour les retraités.

Avec la mobilisation pour les retraites, l’occasion nous est donc donnée d’y associer l’emploi, les salaires, la régularisation des sans papiers. Ces revendications doivent être la préoccupation majeure de toute la CGT.

Sans oublier la lutte contre la criminalisation de l’action syndicale et la défense des services publics…

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

1er Tour Social

Réel succès du 1er tour social !

Le 22 avril 2017, J-1 avant les tristes résultats de dimanche, a eu lieu la première manifestation du 1er tour social, initiative impulsée par de nombreuses sections syndicales combatives telles la CGT Goodyear, Sud Poste 92, CGT énergie Paris, CGT infocom, CGT nettoiement 75, CGT CHRU de Lille, CGT Éduc’Action ou de plusieurs collectif ou associations telles que la Compagnie Jolie Môme, Droit Devant, Fakir et le NPA. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Universités

Contre les projets de fusions et la privatisation de l’université ! Pour une université auto-gérée gratuite, ouverte à toutes et tous critique et populaire !

Depuis décembre, plusieurs universités se mobilisent contre les projets de fusions les touchant, dernières moutures des réformes universitaires pro-patronales. En janvier ces mobilisations, bien qu'étant loin du ras de marée, ont tendu à se développer. Les fusions d'universités s'inscrivent dans la logique patronale de la politique universitaire menée depuis les années 2000 et même bien avant. Cette politique suit globalement deux logiques liées : désengager l'état de l'université et orienter ce qu'il en reste vers l'intérêt des patrons nationaux et locaux en la privatisant et en la rendant plus compétitive à une échelle internationale. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Facs

CONTRE l’expulsion des Sciences Humaines du bâtiment B à CAEN !

Le « bâtiment B », fief des Sciences Humaines à CAEN, est en désamiantage depuis le début de l'année. Le président Pierre Denise lui prépare un futur pour le moins curieux... Lundi 30 janvier, 200 étudiant-e-s, enseignant-e-s et salarié-e-s se sont invités au cocktail de bonne année organisé par la présidence de l'Université en l'honneur de ses investisseurs, pour protester contre leur projet de réhabilitation du bâtiment Lettres. Contre la dégradation de nos conditions d'études et de travail, nous ne nous laisserons pas faire ! Pour une université ouverte à tou-te-s, gratuite, critique et auto-gestionnaire !

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook