[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Imbroglio juridique autour de la situation de Veninov

Par Jean Veymont ( 9 octobre 2011)
Tweeter Facebook

(Suite de notre article du mois d’août)

L’usine Veninov de Vénissieux (Rhône) est toujours occupée par ses salariés qui attendent depuis deux mois le dénouement d’une situation juridique et financière. La 4ème table ronde, le 3/10 à la Préfecture, comme les précédentes n’a débouché sur rien de concret d’autant que le lendemain Véninov était au TC Nanterre où Gordon Brother conteste la date de cessation de paiement retenue par le Tribunal (novembre 2010).

Faute d’échange des pièces entre les deux parties (Alkor-Vénilia/ Gordon Brothers) l’audience a été renvoyée et l’affaire sera plaidée le 25 octobre. Chez les salariés, la déception est grande, la colère, aussi. « Ils cherchent à gagner du temps. Ils pensent que plus ça traîne, plus on va abandonner ! » commente Stéphane Navarro CGT

À la sortie de l’audience, selon le mandataire judiciaire chargé du dossier « les chances de reprise sont… quasi inexistantes. Pour moi, aujourd’hui, la reprise de l’activité sur le site, ce n’est plus une hypothèse, c’est un mirage, du moins dans ces conditions. Il n’y a pas d’investisseur crédible (Windhager-Garden). Il ne précise pas par quelles parties de l’usine il est intéressé, n’est pas disponible avant le 25 octobre, n’a pas d’avocat en France… Bref, ce n’est pas sérieux. Il y avait un temps pour une reprise sans interruption de l’activité, c’était jusqu’à la fin du mois de juillet. Cela a été un échec. Aujourd’hui, nous sommes dans un autre temps, celui de la justice. »

Et ce temps de la justice pourrait prochainement, probablement avant l’audience du 25 octobre, prendre la forme d’une assignation de Gordon Brothers devant le tribunal de commerce. Ce qui pourrait signifier paradoxalement la fin des espoirs d’une reprise rapide de l’activité car cette procédure pourrait être très longue, probablement une, voire deux années, surtout s’il y a appel de la part de Gordon Brothers.

Le liquidateur judiciaire a accordé un nouveau délai d’une dizaine de jours pour qu’un repreneur se manifeste plus concrètement Quant au préfet, il se donne jusqu’à la fin du mois d’octobre pour trouver une solution de reprise. Le député de la circonscription, André Gerin avance l’idée de la création d’une coopérative ouvrière, mais pour cela, il faudra faire sauter le verrou représenté par Gordon Brothers……autant dire que cette solution est plus qu’improbable.

Une assemblée générale aura lieu le vendredi 7 octobre à 9 h 00.

Certes, l’imposture révèle les magouilles financières de ces capitalistes voraces qui entraînent dans leur tourbillon prédateur et dévastateur les 87 travailleurs mais le chemin est encore long pour que leurs droits soient reconnus. Aujourd’hui, ils ont besoin de soutien moral, financier car la procédure engagée sera longue et le résultat n’est pas acquis. Les travailleurs de Veninov ne se battent pas pour d’hypothétiques indemnités de licenciement mais pour leur dignité de travailleurs à savoir la sauvegarde de tous leurs emplois. Par leur lutte déterminée et unitaire, ils sont un exemple pour toute la classe ouvrière en butte à la barbarie de ce capitalisme exterminateur et obscène.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Lutte de classe

GM&S : La force des travailleurs/euses, c’est la grève !

Après être passée entre les mains de multiples crapules et avoir subi de nombreux redressements judiciaires a causes de ses gérants/actionnaires, l'usine de mécanique spécialisée actuellement "propriété" de GM&S et sous traitante notamment de Renault et PSA (groupes réputés pour leur coupes budgétaires et les licenciements à tour de bras) risque a nouveau d'être placée en redressement judiciaire. Les premier.e.s affecté.e.s sont évidemment les ouvrier.e.s, qui se battent depuis des mois pour maintenir les 279 emplois du site. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

1er Mai

Après le 1er Mai

Environ 142 000 personnes ont défilé en France à l'occasion de la journée internationale des travailleur-se-s. C’est légèrement plus que lors des dernières années, mais ce n’est pas un très bon chiffre. C’est moins que par exemple en 2009 où Sarkozy avait fait le plein contre lui (450 000 manifestant-e-s), et c’est bien moins qu’en 2002 où plus d’un millions de personnes avaient défilé, mobilisées par la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook