[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Tract antiraciste pour le 21 mars

Contre la vague islamophobe

Agressions de femmes voilées, attaques de mosquées, insultes racistes...

Depuis les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Casher, il y a eu plus d’actes islamophobes que sur toute l’année 2014.

Des relens de racisme déjà présents se déchaînent, des menaces écrites sur les boîtes à lettre du voisin qui n’a pas le bon nom de famille jusqu’aux professeurs qui stigmatisent des élèves noirs ou arabes en leur demandant devant toute la classe de condamner les attentats.

On ne demande pas aux chrétiens de se désolidariser des tueurs comme Anders Breivik ! Tout ceci est un racisme qui se cache à peine... et que nous combattons fermement !

Contre le racisme d'État

Le gouvernement PS a profité de la situation pour se mettre au centre d’une « union nationale » soi disant pour la liberté d’expression et la défense des « valeurs de la République »... en paradant dans la rue le 11 janvier à côté de dictateurs comme Benyamin Netanyahou, Ali Bongo, Viktor Orban ! Ce même gouvernement qui interdisait cet été les manifestations de soutien à la résistance palestinienne !

Hollande dit « pas d’amalgame », mais sa police et sa justice s’acharnent chaque jour davantage sur les Noirs et les Arabes, au nom de la « guerre contre le terrorisme ».  

Et après la loi de 2004 contre les femmes portant un voile,  le gouvernement veut interdire le voile « de la maternelle à l’université », en même temps qu’il veut instaurer des cours de « morale républicaine » et traquer le « djihadiste » derrière le moindre contestataire...

Derrière les discours sur les valeurs, le PS comme les gouvernements précédents alimente ce racisme hypocrite mais « respectable », qui est le premier des racismes dans cette société.

L’État est le principal oppresseur qui humilie au quotidien les jeunes immigré‑e‑s dans les quartiers populaires, qui maintient les sans-papiers dans la peur, qui démantèle les camps de Roms...

STOP au déchaînement sécuritaire de l’État !

  • fin des contrôles au faciès
  • fin de l’impunité des policiers
  • arrêt immédiat de la chasse aux Roms
  • régularisation de tous les sans-papiers
  • retrait des lois anti-voile
  • droit de vote complet des étrangers/ères

un racisme anti-pauvres

La haine des Musulman-e-s n’est pas un accident. C’est le nouveau visage du racisme anti-Arabes et anti-Noirs, que subissent depuis des décennies les immigré-e-s des anciennes colonies françaises.

La France continue de piller l’Afrique (uranium du Niger, contrats léonins...) et d’y faire la loi avec ses troupes, et continue de parquer celles et ceux qui fuient cette misère dans les mêmes quartiers-guettos, où rien n’a changé depuis la mort de Zyed et Bouna en 2005. Faire passer ces populations pour « l’Ennemi » intérieur et extérieur est un discours bien utile pour ceux qui nous gouvernent. C’est un racisme anti-pauvres.

Les Roms, qui sont parmi les plus précaires, sont purement et simplement traités en parias.

Unité contre les capitalistes !

L’exploitation qui s’accentue et les licenciements qui s’accélèrent renforcent le racisme contre ces boucs émissaires, accusés de tous les maux. Ce seraient la faute aux « immigrés » à la fois voleurs d’emplois et chômeurs/profiteurs...

Pourtant, tolérer la répression d’une partie d’entre nous n’apportera rien à celles/ceux d’en bas. Au contraire, l’État et les patrons en sortent renforcés pour réprimer tous les protestataires. Pourtant il faut plus que jamais protester contre ceux qui s’enrichissent sur notre dos. Ce sont les grands patrons, banquiers et politiciens, qu’ils soient Français ou Américains, Chinois ou Qataris, juifs, musulmans ou chrétiens...

Les organisations qui disent défendre les travailleur-se-s doivent absolument rejeter le racisme pour avancer vers l’unité contre le patronat et son État. Contre les capitalistes, impérialistes et exploiteurs, luttons ensemble, dans les entreprises, les quartiers, les lycées...

le vrai visage de Le Pen

Aux élections de demain, le FN va confirmer un score très élevé... Marine Le Pen dit qu’elle ne fera pas de différence entre Français selon leur origine...

Faut-il rappeler qu’elle voit les musulman-e-s qui prient dans la rue comme des « occupants » ? Ou encore un candidat FN dans l’Aude qui veut organiser des « battues contre les Arabes », une en Ariège pour qui « l'Islam et les Mahometans sont la nouvelle peste bubonique »...

Télécharger au format pdf odg

Ces articles pourraient vous intéresser :

Débats

10 thèses sur la religion et contre l’islamophobie

1) Le besoin de croyances existe depuis les débuts de l’humanité, avant les religions instituées.
2) Les religions en tant qu’institutions et idéologies sont des produits sociaux et historiques œuvrant à la reproduction de l'ordre social.
3) « La religion est à la fois expression de la misère et protestation contre cette misère »
4) Notre priorité est de mener la guerre contre le capital, non de déclarer la guerre aux croyances.
5) Dans les pays dominés, la montée de courants politiques se revendiquant de l'islam exprime souvent une réaction à l’hégémonie coloniale.
6) Dans les pays impérialistes comme la France, la montée de l'islam se situe dans un contexte de crise du mouvement ouvrier, qui s'est révélé incapable d'intégrer les revendications des populations non blanches à son combat.
7) L'islam est aussi, de fait, la religion des prolétaires les plus opprimé·e·s, issus de la colonisation française et du pillage des pays dominés, victimes de la surexploitation, du racisme et de discriminations de toutes sortes.
8) Les femmes voilées ont toute leur place dans les organisations ouvrières et féministes.
9) Nous sommes en première ligne pour lutter contre l'islamophobie d'État et l’instrumentalisation du féminisme.
10) Des actions et des campagnes communes de nature démocratique ou anti-impérialiste, sont possibles avec des organisations se revendiquant de l'islam. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Racisme d’État/Violences policières

19 mars : la marche pour la Justice et la Dignité a été un succès

Ce dimanche 19 mars, un front de lutte radical et déterminé à fait irruption dans la campagne présidentielle.

À l'appel de 14 familles victimes de crimes policiers dont celles d'Ali Ziri, d'Abdoulaye Camara ou encore de Rémi Fraisse et de nombreuses organisations de luttes contre les violences policières tel le collectif Urgence notre police Assassine, [dont la porte-parole Amal Bentounsi grâce à lutte sans treve réussi à faire condamner le policier assassin de son frère], la marche pour la Justice et la Dignité à été un succès malgré une invisibilisation médiatique systématique.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Édito

De Calais à Stalingrad, de Beaumont-sur-Oise en Paca : le tour de France du racisme et de l’impunité

Indignation, dégoût et mépris. Voilà ce que l'on peut retenir de cette semaine pendant laquelle le gouvernement de « monsieur 4% » continue sa sale besogne. Face a la surenchère sécuritaire étalée lors des primaires de la droite, les copinages FN-LR anti-migrants ou encore la continuation des manifs de flics réclamant toujours un permis de tuer (malgré une nouvel assassinat), l’État s'est inscrit dans la continuité de sa politique sécuritaire, évacuant le campement de Stalingrad après avoir détruit la « jungle » de Calais. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Racisme d’État/Violences policières

« Faisons front ! » : meeting de Jussieu contre l’islamophobie et les racismes d’État

Ce vendredi 21 octobre avait lieu à l'université de Jussieu un important meeting organisé conjointement par le comité de mobilisation de la fac et l'association d'étudiant-e-s Averroès. Celui-ci s'inscrivait dans la continuité du meeting à Tolbiac du 6 octobre, mais aussi dans le contexte des meetings interdits plus récemment à l'université d'Évry et à Tolbiac. Avec une affluence d'environ 200 personnes, il constituait un véritable événement dans la vie de cette fac immense qui passe pour une des moins politisées de la capitale. Les cinq interventions depuis la tribune ont été saluées par de vifs applaudissements et des slogans politiques repris en chœur. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook