[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Soutien à la grève de l’hôtel W Paris Opéra !

Par Sam Shapiro (19 octobre 2015)
Tweeter Facebook

Le W Paris Opéra, situé dans un quartier touristique de la capitale, est un hôtel de luxe « cinq étoiles » appartenant au groupe Starwood. Depuis le 29 septembre 2015, les salarié-e-s du service hébergement font grève contre l’exploitation sans scrupules qu’ils/elles subissent. Après trois semaines de grève, les grévistes demeurent très largement majoritaires, avec un taux de grévistes d’environ 80% qui montre leur détermination.

Les grévistes, pour la plupart immigré-e-s et comptant une majorité de femmes, veulent notamment un CDI plutôt qu’un CDD. Ils/elles revendiquent aussi d’être embauché-e-s directement par Starwood plutôt que par le sous-traitant « Luxe et Tradition » (sic !). Actuellement payé-e-s au SMIC, ils/elles demandent enfin un treizième mois, une augmentation de salaire et des indemnités. Organisé-e-s dans la CGT des Hôtels de Prestige et Économiques, syndicat combatif, ils/elles n’ont pas froid aux yeux et ont su se donner les moyens de lutter : caisse de grève et surtout piquet de grève bien visible (et audible !)… Il faut ajouter qu’ils/elles savent transmettre à celles et ceux qui les soutiennent un enthousiasme communicatif !

Leur lutte contre la précarité, les salaires de misère et l’externalisation des services se heurte à la rigidité de la direction, qui a multiplié les outrages et les provocations depuis le début de la grève tout en refusant la moindre concession. Des salarié-e-s d’autres hôtels ont été dépêché-e-s pour briser la grève. Le secteur de l’hôtellerie de luxe a connu d’importantes victoires des travailleur/se-s ces derniers temps, et on dirait que les capitalistes de Starwood veulent faire un exemple pour décourager les frères et sœurs de classe qui travaillent dans d’autres établissements du secteur. Il est d’autant plus important de soutenir cette lutte pour que les grévistes puissent la mener jusqu’à la victoire !

La solidarité avec les grévistes peut passer par l’organisation de collectes pour leur caisse de grève ou par la présence sur le piquet de grève qu’ils tiennent tous les jours de 9h à 15h environ devant l’entrée de l’hôtel. Il est très important que les soutiens soient nombreux à la

manifestation du jeudi 22 octobre, qui partira à 12h de l’hôtel Prince de Galles (33 av. Georges V) pour rejoindre le W Paris Opéra (5 rue de la Chaussée d’Antin)1.

Espérons que cette manifestation soit l’occasion d’une rencontre avec les travailleur-e-s d’Air France en lutte, qui se rassembleront le même jour à 13h devant l’Assemblée Nationale. Face aux offensives du patronat et du gouvernement, notre force est dans le « tous ensemble », dans la convergence des luttes.

Starwood peut payer, Starwood doit payer !

Contre la précarité et les salaires de misère, solidarité de classe !

1 Cf. le tract mis en ligne sur le site de la TC : http://tendanceclaire.npa.free.fr/breve.php?id=15201

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Témoignage

Chômeuse oui, bouffonne non ! Ou les offres d’emploi empoisonnées...

Lundi, je reçois un mail m’invitant à une session de recrutement dans les locaux de pôle emploi. Je confirme ma présence par retour de mail. Nous sommes quelques jours plus tard, juste avant que la session ne débute. Je suis nerveuse. Peut-être qu’enfin je vais sortir du chômage, j’essaye d’imaginer à quoi va ressembler le boulot. Nous sommes rapidement une quarantaine et je me dis que ça ne sent pas bon. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Grève

Grève et occupation au MacDo Gare du Nord : « Nous reprendrons le magot du MacDo ! »

Ce mercredi 26 octobre, rendez-vous était donné pour occuper le MacDo de la gare du Nord à Paris, à l’appel de la CGT McDonald’s. Le restaurant comptait de nombreux/ses grévistes, et l’opération a été une démonstration de force. Suite à cette action réussie, l’objectif des grévistes et du syndicat CGT est d’étendre la grève au maximum, notamment dans les autres restaurants dépendant du même franchisé : pour un salaire minimum à 13€ de l'heure, stop à l'évasion fiscale, stop au précariat ! Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook