[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Victoire des grévistes de l’hôtel W Paris Opéra !

Ce mercredi 22 octobre, les grévistes de l'hôtel de luxe « cinq étoiles » W Paris Opéra (groupe Starwood) ont gagné après 23 jours d'une lutte active et déterminée1. Ils/elles ont montré la voie en se lançant dans une grève offensive :

  • Pour leur salaire ;

  • Pour un CDI ;

  • Pour l'internalisation, c'est-à-dire le fait d'être embauchés directement par Starwood plutôt que par le sous-traitant « Luxe et tradition ».

Au terme d'une grève « cinq étoiles », ils ont obtenu satisfaction sur la plupart de leurs revendications, avec la transformation des CDD en CDI et une augmentation de pouvoir d'achat de plus de 180 euros mensuels. En plus, ils/elles ne devront subir aucune perte de salaire pour leurs 23 jours de grève. À l'avenir, ils/elles seront protégés par la suppression temporaire de leur clause de mobilité, puis par son encadrement. En revanche, Starwood n'a pas cédé sur l'internalisation : à terme, la direction de l'hôtel pourra donc peut-être demander au sous-traitant de muter les grévistes pour essayer de briser la très forte solidarité née de la grève.

Les grévistes ont montré leur volonté de continuer le combat en maintenant le rassemblement prévu jeudi 23 octobre devant l'hôtel Prince de Galles, fleuron du groupe Starwood. Ils/elles ont ensuite rejoint le rassemblement de soutien aux travailleur-e-s d'Air France en lutte contre les licenciements2, traversant Paris en cortège aux cris de « So-so-so, solidarité » et de « On a gagné ! » et en chantant « Tomber la chemise ».

Organisé-e-s dans la CGT des Hôtels de prestige et économiques, syndicat combatif, fort-e-s de leur expérience d'une grève victorieuse, les grévistes ont intérêt à poursuivre et étendre leur lutte à l'avenir. Ils/elles ont gagné le respect de leurs collègues exploité-e-s par Starwood, et peuvent les entraîner dans une lutte plus large pour le respect et la dignité, de meilleurs salaires, de meilleures conditions de travail avec un CDI et l'internalisation pour tou-te-s. Ils/elles peuvent aussi participer aux luttes de leurs frères et sœurs de classe contre les salaires de misère et les licenciements : pour que l'exploitation cesse, c'est toute la société qu'il faut changer, c'est tou-te-s ensemble qu'il faut lutter !

Ce n'est qu'un début, continuons le combat !

Solidarité des travailleur-e-s, offensive de classe contre le capitalisme !

Échelle mobile des salaires, interdiction des licenciements et partage du temps de travail !

Expropriation des grands groupes capitalistes sous le contrôle des travailleur-e-s !


1Lire aussi l'article « Soutien à la grève de l'hôtel W Paris Opéra », http://tendanceclaire.npa.free.fr/article.php?id=814.

2Lire aussi l'article « Soutenons les salarié-e-s d’Air France contre les licenciements et contre les poursuites judiciaires », http://tendanceclaire.npa.free.fr/article.php?id=816.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Universités

Contre les projets de fusions et la privatisation de l’université ! Pour une université auto-gérée gratuite, ouverte à toutes et tous critique et populaire !

Depuis décembre, plusieurs universités se mobilisent contre les projets de fusions les touchant, dernières moutures des réformes universitaires pro-patronales. En janvier ces mobilisations, bien qu'étant loin du ras de marée, ont tendu à se développer. Les fusions d'universités s'inscrivent dans la logique patronale de la politique universitaire menée depuis les années 2000 et même bien avant. Cette politique suit globalement deux logiques liées : désengager l'état de l'université et orienter ce qu'il en reste vers l'intérêt des patrons nationaux et locaux en la privatisant et en la rendant plus compétitive à une échelle internationale. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook