[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Soutien aux grévistes d’OMS Nettoyage !

Depuis le 21 septembre, une cinquantaine de salarié-e-s sont en grève dans le groupe OMS Nettoyage. Ils/elles en ont marre d'être méprisé-e-s et payé-e-s au SMIC, voire moins, pour un travail pénible à des cadences infernales. Ils/elles revendiquent donc notamment une augmentation de salaire, un treizième mois et le respect du code du travail (paiement de toutes les heures effectué-e-s, fourniture d'équipement et de vêtements de travail, etc.).

Leur employeur refuse de négocier et porte atteinte au droit de grève en employant d'autres salarié-e-s pour accomplir les tâches des grévistes. Il y a eu aussi des tentatives d'intimidation : menaces de licenciement, licenciement de représentants du personnel, poursuites judiciaires, violences physiques.

Suite à des tentatives de médiation avec OMS qui n'ont rien donné, les grévistes ont changé de stratégie en décidant d'interpeller les « donneurs d'ordre » qui sous-traitent le travail à OMS. Ainsi, ils ont organisé un rassemblement avec leurs soutiens devant le siège du bailleur social Paris Habitat ce jeudi 10 décembre1. Venu-e-s en nombre avec tambours et sifflets, ils ont remis un peu de couleur et d'animation dans le « quartier latin » ! Ils étaient soutenu-e-s notamment par le syndicat CGT des Hôpitaux de Prestige et économiques et par la section parisienne de la CGT des Finances Publiques, syndicats combatifs qui ont fait leurs preuves en remportant des victoires importantes dans le secteur du nettoyage2, mais aussi par la CNT-SO et par la CGT de Paris Habitat.

Nous saluons la juste lutte des grévistes et leur combativité. Leur détermination est d'autant plus remarquable qu'ils ont été confrontés à une double trahison syndicale. D'abord, les syndicats maison, affiliés à la CGT et à FO, ont refusé d'emblée de les soutenir3. Ensuite, la direction de Sud Nettoyage les a lâché-e-s sans prévenir : ils l'ont appris pendant une séance de médiation au Palais de Justice, de la bouche de la partie adverse !

Malgré ces trahisons, les grévistes sont resté-e-s fort-e-s, leurs patrons vont plier, leur lutte va triompher. Leur prochain rassemblement servira à dénoncer un autre « donneur d'ordre » sans scrupules, l'hôtel Marriott Saint-Jacques4. Ils donnent donc rendez-vous à leurs soutiens :

Oms Nettoyage : esclavage ! Donneurs d'ordres : complices !

Contre les patrons voyous et les salaires de misère, solidarité de classe !

RASSEMBLEMENT JEUDI 17 DÉCEMBRE 12H DEVANT L'HOTEL MARRIOTT SAINT-JACQUES (17 BD SAINT-JACQUES, PARIS)


1 http://www.ulcgt11.fr/?Rassemblement-des-grevistes-du-nettoyage-le-10-decembre-a-10h

2 Lire notamment « Victoire des grévistes de l'hôtel W Paris Opéra », http://tendanceclaire.npa.free.fr/article.php?id=821

3La presse bourgeoise pseudo-“gauche” en a fait ses choux gras :
http://www.liberation.fr/france/2015/11/01/paris-habitat-confronte-a-un-grand-remous-menage_1410479

4Lire le communiqué du syndicat CGT des Hôtels de prestige et économiques : http://www.humanite.fr/oms-nettoyage-rassemblement-jeudi-17-decembre-en-soutien-aux-grevistes-592519

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Universités

Contre les projets de fusions et la privatisation de l’université ! Pour une université auto-gérée gratuite, ouverte à toutes et tous critique et populaire !

Depuis décembre, plusieurs universités se mobilisent contre les projets de fusions les touchant, dernières moutures des réformes universitaires pro-patronales. En janvier ces mobilisations, bien qu'étant loin du ras de marée, ont tendu à se développer. Les fusions d'universités s'inscrivent dans la logique patronale de la politique universitaire menée depuis les années 2000 et même bien avant. Cette politique suit globalement deux logiques liées : désengager l'état de l'université et orienter ce qu'il en reste vers l'intérêt des patrons nationaux et locaux en la privatisant et en la rendant plus compétitive à une échelle internationale. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook