[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Leader Price: Salariés en colère

lutte-de-classe

Brève publiée le 8 décembre 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://communismeouvrier.wordpress.com/2014/12/07/leader-price-salaries-en-colere/

L’Est Eclair, 7 décembre 2014 :

Aube – Les trois-quarts des salariés aubois des supermarchés Leader Price étaient en grève, samedi. En cause : des conditions de travail dégradées.

Six grévistes sur huit aux Chartreux, douze sur seize à Pompidou, douze sur quatorze à Bar-sur-Seine », détaille Laurent Lemoult. Le délégué syndical CGT s’avouait plutôt satisfait de la mobilisation, samedi.

Les trois-quarts des salariés aubois des supermarchés Leader Price étaient, samedi, en grève pour protester contre des conditions de travail jugées déplorables et contre des salaires tirés au forceps. Il s’agit des trois supermarchés aubois « intégrés » au groupe filiale du distributeur Casino, et non pas des deux supermarchés indépendants et sous franchise Leader Price installés à Aix-en-Othe et Troyes/Preize.

La coupe semble, en tout cas, bien pleine pour les salariés. « Les conditions de travail sont de plus en plus dégradées. On a d’abord un problème d’effectif : 240 emplois ont été supprimés en 2013 en France. Au niveau local, c’est pareil. Ici, à Pompidou, par exemple, on a trois personnes qui partent et qui ne sont pas remplacées, plus un congé maternité », explique Laurent Lemoult.

« Sur les salaires, c’est le minimum avec le Smic à 1 150 €, des dimanches travaillés sans majoration ni repos compensateur… C’est aussi beaucoup de temps partiels de moins de trente heures. On fait partie du groupe Casino mais on a tous les inconvénients sans les avantages : on n’a ni la carte de réduction, ni la mutuelle, ni la prévoyance », ajoute le délégué syndical.

L’encadrement du magasin du Leader Price du boulevard Pompidou, présent samedi matin, n’a pas souhaité s’exprimer sur ce mouvement de grève des salariés. Quant à la direction des ressources humaines du groupe, elle restait hier injoignable.