[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Grève des routiers : la CFDT se joint au mouvement

lutte-de-classe

Brève publiée le 22 janvier 2015

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.europe1.fr/economie/routiers-l-appel-a-la-greve-de-la-cfdt-2351715

Le premier syndicat du transport routier, a appelé jeudi l'ensemble de ses militants et les salariés du secteur à la grève "à compter du milieu de semaine prochaine".

L'info. C'est une initiative qui pourrait relancer une mobilisation en voie d'essoufflement. La CFDT, premier syndicat du transport routier, a appelé jeudi l'ensemble de ses militants et les salariés du secteur à la grève "à compter du milieu de semaine prochaine".

>> ECOUTER AUSSI - "Nous ne pouvons pas faire plus" pour les chauffeurs routiers

Un appui de taille. "Cette décision est la conséquence directe du refus de négocier les revalorisations salariales par les organisations patronales", indique le syndicat dans un communiqué. Il ne s'était pas associé au mouvement engagé depuis dimanche par la CGT, FO, CFTC et CFE-CGC visant à obtenir une augmentation des salaires de 5% quand le patronat veut se limiter à 2%.

Cet appui intervient au moment où le mouvement, lancé dimanche par l'intersyndicale s'essoufflait, les blocages et autres opérations escargot se réduisant au fil des jours. "Je me réjouis que la CFDT rejoigne le mouvement", a réagi Jérôme Vérité (CGT). "C'est une excellente victoire du syndicalisme rassemblé auquel je suis attaché", a-t-il ajouté.

Pourquoi ça bloque. Mardi, les négociations salariales annuelles ont échoué entre le patronat et les syndicats. Le premier proposait une hausse allant jusqu'à 2%, alors que les syndicats réclament 5%. Ces derniers réclament également un 13ème mois.

Une nouvelle séance devait avoir lieu jeudi, mais les fédérations patronales de routiers ont opposé une fin de non-recevoir à cette convocation. La pression de l'intersyndicale CGT, FO, CFTC et CFE-CGC, qui a organisé des blocages jusqu'à jeudi, ne les a pas fait reculer. Reste à savoir si l'entrée en piste de la CFDT changera la donne. "On n'est pas contre l'ouverture de négociations. La porte est toujours ouverte, y compris ce week-end. Si on peut éviter une action on l'évitera", a ainsi réagi à l'AFP Fabian Tosolini, le secrétaire général chargé de la communication à la CFDT.