[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Areva: salariés en grève au Tricastin

lutte-de-classe

Brève publiée le 13 février 2015

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://communismeouvrier.wordpress.com/2015/02/13/areva-les-salaries-en-greve-au-tricastin/

Le Dauphiné Libéré, 13 février 2015 :

Une partie des 2 500 salariés du site Areva du Tricastin ont observé un arrêt de travail de 59 minutes hier pour exprimer leurs inquiétudes à la veille de l’annonce du plan de redressement du groupe. Le 4 mars prochain, Philippe Varin et Philippe Knoche, les nouveaux patrons du géant du nucléaire, présenteront les résultats financiers d’Areva et un plan stratégique pour trois ans. Les pertes 2014 pourraient s’élever à 3 milliards d’euros et les salariés craignent une cure d’austérité entraînant des suppressions d’emploi et la remise en cause d’acquis sociaux.

Le mouvement social d’hier avait été lancé à l’appel de l’intersyndicale CGT-CFDT-FO-Unsa. Les trois accès du site ont été bloqués à tout véhicule en début de matinée.

Des annonces site par site jusqu’en juillet 2015

« Les salariés, déjà lourdement pénalisés par le gel des salaires et des embauches, ne sont pas responsables des mauvais résultats du groupe. Les usines fonctionnent bien, grâce au professionnalisme et à la compétence des salariés » estiment les syndicats, unis face aux menaces sociales ».

Philippe Knoche a précisé mercredi que seule la feuille de route sera présentée le 4 mars. Les annonces site par site viendront plus tard, jusqu’en juillet. Tous les sites seront concernés. « La direction va s’attaquer aux statuts et aux emplois alors que ce n’est pas aux salariés de payer les pots cassés après les erreurs stratégiques des dirigeants » dénonce Alain Pécherand, coordinateur CGT pour le Tricastin.

Les salariés les plus inquiets sont ceux des filiales d’Areva spécialisées dans la logistique, le démantèlement et l’ingénierie. Le groupe Areva souhaite de séparer d’1 milliard d’actifs. « Nous sommes la première variable d’ajustement. On ne sait pas si on sera vendu demain à Véolia, Vinci ou Bouygues » commente le salarié d’une de ces filiales qui emploient près de 600 personnes au Tricastin et à Marcoule.