[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Radio France : grève reconduite jusqu’à lundi

lutte-de-classe

Brève publiée le 10 avril 2015

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

  PARIS, 10 avr 2015 (AFP) - La grève a été reconduite jusqu'à lundi à Radio France juste avant l'ouverture de discussions entre les syndicats, toujours très mobilisés, et le médiateur chargé par le gouvernement de dénouer un conflit sans précédent dans le groupe.  

      Lors d'une assemblée générale du personnel vendredi matin, au 23e jour de grève, la poursuite du mouvement a été votée à une très forte majorité, moins une voix et onze abstentions, par quelque 300 personnes. Près de 2.900 salariés travaillent à Radio France à Paris. 

      Affichant leur détermination, les syndicats ont ensuite rejoint pour une première réunion à huis clos le médiateur Dominique-Jean Chertier qui a souligné, en arrivant à la Maison de la radio, que "le dialogue social n'est jamais définitivement rompu".

      "La mobilisation ne peut pas s'arrêter par cette simple nomination. Ce sera sur du concret qu'on se décidera les uns et les autres", a affirmé Jean-Paul Quennesson, du syndicat SUD, lors de l'assemblée générale.

      "Il va falloir des résultats tangibles sur les quatre préavis (qui ont motivé la grève démarrée le 19 mars, NDLR) et notamment sur celui qui concerne l'emploi", a-t-il ajouté. Le plan de la direction prévoit 250 à 330 réductions nettes d'effectifs.

      Le médiateur va procéder "très simplement": "des entretiens avec la direction d'une part et avec les organisations syndicales, d'abord toutes réunies, puis peut-être ensuite séparées", a-t-il dit. 

      La désignation de M. Chertier, expert rompu aux négociations sociales, avait été qualifiée de "pas important" par les syndicats qui faisaient de la nomination d'un médiateur une condition préalable pour reprendre des discussions au point mort depuis des semaines sur le plan stratégique présenté par le PDG du groupe, Mathieu Gallet, fragilisé par cette crise. 

      Le recours à la médiation était aussi préconisé par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) qui a nommé Mathieu Gallet à la tête de Radio France au début de l'année dernière. 

      "Dans l'immédiat, il s'agit de renouer les fils du dialogue et de mettre un terme à la crise, si possible d'ici à dimanche soir", dit la ministre de la Culture Fleur Pellerin, dans un entretien au Monde vendredi, réalisé avant le nouveau vote de l'AG.

      "Dans un second temps, le médiateur va accompagner une discussion plus approfondie sur l'avenir de l'entreprise", ajoute-t-elle, estimant qu'il "faudra quelques semaines de plus" pour aboutir à la signature du contrat d'objectifs et de moyens entre l'Etat et Radio France, initialement prévue pour avril. 

      

      - 'Des mois de discussions' -

      =============================

      

      Pour Philippe Ballet, délégué Unsa, "ça va prendre des mois de discussions et on espère que ce Monsieur (NDLR le médiateur) sera là plusieurs semaines pour qu'on ait un plan stratégique totalement revisité".

      Le plan de la direction vise à assainir les comptes du groupe de 4.600 salariés, en déficit de 21,3 millions d'euros cette année, en raison d'une stagnation des dotations publiques, alors que les charges augmentent. D'autant que, selon la direction, la grève, qui perturbe les antennes, coûte un million d'euros par semaine au groupe public.

      La direction prévoit "une réduction nette d'effectifs de 250 à 330 équivalents temps plein", avec 300 à 380 départs volontaires dans tous les secteurs d'activité, en partie compensés par la création de 50 postes dans de nouveaux métiers.

      La réduction de la masse salariale se situerait entre "18 à 24 millions". Ces mesures ont été rejetées par les syndicats vent debout contre toute suppression d'emplois.

      Outre des réductions d'effectifs, le plan prévoit l'arrêt des ondes longues et moyennes, la création de webradios et une refonte de France Musique.