[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

35 heures à l’AP-HP : vers une grève massive ce jeudi

lutte-de-classe

Brève publiée le 21 mai 2015

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://communismeouvrier.wordpress.com/2015/05/21/35-heures-a-lap-hp-vers-une-greve-massive-ce-jeudi/

France Inter, 21 mai 2015 :

Les 75.000 agents de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) sont invités à débrayer ce jeudi pour protester contre le projet de réforme des 35 heures. En cause : le projet initié début mai par Martin Hirsch. Pour faire des économies, au moins 20 millions d’euros par an, sans baisser les effectifs, le directeur général de l’établissement public propose une réorganisation du travail, qui supposerait des journées un peu moins longues et quelques RTT en moins.

La CGT dénonce le « chantage à l’emploi » de Martin Hirsch : supprimer plus de 4.000 postes ou réduire, voire supprimer, les RTT. « Dans ce rapport de force-là, il est hors de question de négocier », commente la CGT. Le projet fait l’unanimité contre lui : l’ensemble des syndicats de l’AP-HP appellent à la grève aujourd’hui. Un grand rassemblement des personnels est prévu à 11 heures devant le siège de l’AP-HP, avenue Victoria à Paris (4ème arrondissement).

La direction de l’AP-HP justifie sa réforme en invoquant des problèmes récurrents d’organisation du travail. La CGT pointe de son côté le manque d’effectifs. Selon elle, la mise en place des 35 heures n’a pas donné lieu au début des années 2000 à suffisamment d’embauches :

« Il y a eu les 35 heures, sans les moyens derrière. Cela ne peut pas marcher. »

Des minutes en moins pour s’occuper des malades ?

Plus nuancée dans le discours, la CFE-CGC s’inquiète surtout des conséquences de la réforme sur les patients. Si les soignants doivent renoncer à des jours de RTT, leur temps de travail quotidien sera automatiquement réduit. Des minutes en moins pour s’occuper des malades, explique Thierry Amouroux, de la CFE-CGC.

« Comprenez bien que ce n’est pas simplement un combat sur les acquis sociaux. Si on travaille un quart d’heure de moins par jour, ce sera aux dépens du temps d’échanges entre les équipes pour faire remonter les problèmes des patients. C’est quelque chose de très important ! »

Tous les grévistes de l’AP-HP ne pourront pas battre le pavé ce jeudi matin, car un certain nombre d’entre eux seront assignés à la prise en charge des patients. La direction a fait savoir que les urgences seraient assurées, mais que les interventions programmées non urgentes seraient reportées.