[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Échirolles: Mobilisation chez Atos

    lutte-de-classe

    Brève publiée le 24 juin 2015

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://communismeouvrier.wordpress.com/2015/06/24/echirolles-mobilisation-chez-atos/

    Le Dauphiné Libéré, 24 juin 2015 :

    Même les vieilles Peugeot 304 sont en grève chez Atos. Hier, l’intersyndicale du groupe d’informatique appelait à des actions sur tous les sites de l’entreprise, avec notamment un rassemblement à Échirolles. « On voulait être visible lors du cortège jusqu’au rassemblement », s’amuse Pascal Bezons, propriétaire du véhicule et délégué CFDT, à Atos depuis neuf ans.

    « Les conditions de travail se détériorent depuis plusieurs années, mais là, c’est visible : après la droite décomplexée, on a la direction décomplexée ! »

    Les syndicats remettent en cause les propositions de l’entreprise, dirigée par Thierry Breton, de revoir les conditions de travail des salariés. Diminution du nombre de jours de RTT, quasi-gel des salaires, explosion des ruptures conventionnelles, baisse du financement des mutuelles sont les principaux motifs du conflit.

    « Un plan social déguisé »

    La direction a consenti à une légère augmentation collective et au rétablissement d’un jour de RTT après une première journée de grève le 19 mai. « Ils essayent de calmer le jeu », juge Didier Deplancke, coordinateur CFDT. « Breton ne veut pas de plan social parce que c’est mauvais pour l’image. Mais il essaye de le faire passer sous une forme déguisée. »

    Pour l’instant, la direction se contente d’assurer « que l’ensemble des points sont en cours de négociation avec les partenaires sociaux ».

    Les 200 salariés présents au rassemblement, loin d’être tous syndiqués, « espèrent que le mouvement ne va pas s’essouffler », comme le dit Évelyne : « Ce sont des décisions anodines, mais qui, additionnées, dégradent vraiment les conditions de travail. »