[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Dourdan: les manifestants empêchent le vote de la fermeture de la maternité

lutte-de-classe

Brève publiée le 24 juin 2015

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

 ÉVRY, 24 juin 2015 (AFP) - Une centaine de manifestants ont empêché mercredi matin la tenue d'un conseil de surveillance à l'hôpital de Dourdan (Essonne), dont la fermeture de la maternité devait être officialisée par un vote.

      Personnels en blouse banche ou simples usagers ont bloqué pendant plus de trois heures l'accès à la salle de réunion, "sans qu'il y ait d'incidents à déplorer" ont déclaré les gendarmes, venus prévenir d'éventuels débordements.

      Les manifestants ont évacué les lieux en début d'après-midi, quand a été décidée l'annulation de la réunion. "Le conseil de surveillance est à nouveau convoqué demain matin - jeudi - à 9h30 à la sous-préfecture d'Etampes", une commune voisine de 30 kilomètres, a indiqué dans un communiqué la mairie de Dourdan, qui avait d'abord évoqué un report à "la semaine prochaine".

      La maternité de cette commune rurale de 10.000 habitants avait déjà arrêté son activité pendant près de trois mois fin 2013, après la mort d'un nouveau-né. La décision de la fermeture "n'a rien à voir avec ce drame", a assuré à l'AFP le centre hospitalier Sud-Essonne (CHSE), auquel est rattaché Dourdan.

      Le CHSE dit s'appuyer sur un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas), commandé par la ministre de la Santé Marisol Touraine. Rendu public fin mai, il préconise l'arrêt des naissances à Dourdan à partir du 1er juillet en raison de "la fragilité actuelle de l'ensemble des équipes médicales". 

      A l'avenir, l'Igas souhaite que les services de maternité soient regroupés à l'hôpital d'Etampes, le second site rattaché au CHSE..

      Lundi, le président de l'Agence régionale de santé (ARS) d'Ile-de-France, Claude Evin, a écrit à Maryvonne Boquet pour lui rappeler que "le maintien d'un nombre suffisant d'anesthésistes pour assurer la prise en charge des parturientes 24h/24 ne pouvait être assuré au-delà du 30 juin". Il lui a assuré par ailleurs le maintien d'un "centre périnatal de proximité" et la garantie que "l'offre de soins sur le site de Dourdan ne saurait être fragilisée ou remise en question".

      Mais pour Mme Boquet, présente parmi les manifestants, l'arrêt de la maternité préfigure "la fermeture totale de l'hôpital" car elle met en péril "les services d'urgence, de médecine, de chirurgie". "Nous sommes dans un désert médical, l'hôpital est indispensable ici. Etampes est à 30 kilomètres, sans ligne directe de transports", souligne-t-elle.

      Un recours en référé, déposé par l'Association de défense de l'Hôpital de Dourdan pour obtenir la suspension de la fermeture de la maternité, a été rejeté mardi par le tribunal administratif de Versailles (Yvelines).

      La maternité de Dourdan compte 15 lits et a réalisé 456 accouchements (460 naissances) en 2014, selon les chiffres communiqués par le CHSE.