[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Collèges : premier rendez-vous pour relancer la mobilisation

lutte-de-classe

Brève publiée le 18 septembre 2015

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://npa2009.org/actualite/colleges-premier-rendez-vous-pour-relancer-la-mobilisation

La journée de grève du 17 septembre a été suivi par 35 % des enseignants. C’est moins que le 19 mai (50%) mais c’est mieux que le 11 juin (30%). Le taux de gréviste peut paraître décevant au regard du rejet massif que provoque la réforme. Cependant, après que l’intersyndicale ait raté l’occasion d'organiser la colère juste après le 19 mai, les grandes vacances ont fini de faire retomber la pression. La droite et les réactionnaires cherchent à occuper l’espace en revendiquant l’élitisme républicain qui serait remis en cause par la réforme.

Cela brouille les cartes car en réalité la réforme, en sapant le cadre national de l’éducation, va accentuer les inégalités entre collèges d’élite (qui proposeront des programmes ambitieux et des options) et collèges de seconde zone (qui devront se limiter à un socle minimaliste et l’orientation professionnelle). C’est contre ce renforcement des inégalités territoriales, accompagné de la mise en concurrence des personnels, que se mobilisent la majorité des enseignants. Les équipes syndicales ont dû reprendre à zéro l’analyse de la réforme et l’organisation de la grève.

Prenons cette journée comme un premier rendez vous pour relancer la mobilisation. Malgré la réussite mitigée de la grève, la ministre reste fragilisée politiquement alors que les équipes militantes ont repris contact. Et il ne faut pas lâcher ! L’intersyndicale ne donne pour l’instant pas de perspectives à la hauteur des enjeux. Pourtant, pour honorer le mot d’ordre de la grève d’aujourd’hui (retrait de la réforme) et combiner les batailles sur les salaires et les emplois à venir, il n’y aura pas d’autre chemin qu’un nouvel appel, rapide, à la grève.