[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Les salariéEs de l’AP-HP bloquent le centre de Paris, la lutte continue !

    lutte-de-classe

    Brève publiée le 18 septembre 2015

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    A 10 h, l'heure annoncée du rassemblement devant le siège de l'Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, les quelques dizaine de militant-e-s de différents syndicats étaient plutôt inquiets ce jeudi 17 septembre, craignant la fin du mouvement. Les discussions allaient bon train : les retenues sur salaire, que M. Hirsch a refusé d'étaler, étaient le plus souvent avancées pour expliquer cette situation. La division de l'intersyndicale pendant un temps, CFDT et SUD ayant tenté de discuter avec Hirsch, étaient aussi évoqués. Mais le sourires sont vite revenus avec l'arrivée des cortèges, un peu moins massifs qu'en mai-juin, venus des différents hôpitaux de l'AP-HP. Et finalement la rue de Rivoli était à nouveau occupée par les manifestant-e-s avec des drapeaux GT, CFDT, FO et SUD mélangés.

     Et cette fois ci pas de longs discours, ni de cacophonie des différentes sonos. La manif regroupant près de 1500 agents hospitaliers a démarré au pas de course, dans une direction qui n'était pas attendue. Le cortège dans les rues de Paris a vite retrouvé une bonne partie du dynamisme d'avant les vacances. L'intersyndicale avait discrètement décidé d'occuper la rue de Rivoli, au cœur de Paris et d'installer symboliquement un hôpital de campagne. Mais arrivé à l'endroit prévu, on aperçoit d'imposantes forces de police bloquant l'extrémité de la rue et l'accès à des endroits « sensibles » comme l'Assemblée nationale. Sans hésiter une partie des manifestant-e-s décidé de contourner le barrage par des petites rues, et défilent jusque la Place de l'Opéra. La circulation du centre de Paris est ainsi bloquée par les deux groupes de manifestants avant qu'ils se rejoignent rue de Rivoli occupée ainsi jusque vers 17 heures. 

     Aucune organisation syndicale cette fois, ne succombe à la tentation « du dialogue syndical ». L'intersyndicale reste à cette étape unie, et refuse d'être reçue au ministère de la santé par M. Hirsch et le chef de cabinet de M. Touraine. Le plan Touraine-Hirch n'est en effet ni acceptable, ni amendable.

     A l'issue de cette journée, il est certain que la mobilisation de l'AP-HP n'est pas terminée Le 1er octobre les fédérations CGT, FO et SUD de la santé appellent à une grève nationale, « pour le retrait du projet de Loi Santé et contre l’austérité budgétaire ». Une occasion de faire converger les luttes ? C'est tout à fait souhaitable, car il n'y a pas d'autres solutions pour faire plier ce gouvernement.

     Correspondant-E-s