[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

La Poste : 30ème jour de grève à Nanterre/7ème à Malakoff et Vanves

lutte-de-classe

Brève publiée le 15 février 2012

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

30ème jour de grève à Nanterre/7ème jour de grève à Malakoff et Vanves

La menace de l’ effet « boule de neige »

Montrouge rejoint le mouvement

Les grévistes de Nanterre, Malakoff et Vanves s’étaient donnés directement RDV à Montrouge pour les appeler à la grève. C’est un bureau dans une situation similaire à Malakof/Vanves : la boîte était en train de faire faire les comptages par les facteurs eux-mêmes... mais bien sûr aucune annonce précise sur les caractéristiques ou même la date prévue de mise en place de la réorganisation !

Le chef d’établissement a autorisé la prise de parole, en essayant de se faire passer pour un grand démocrate. Il a oublié de préciser aux grévistes qu’il avait menacé d’appeler la police si une nouvelle prise de parole avait lieu (après celle de vendredi dernier)... les collègues de Montrouge avaient clairement fait savoir au directeur qu’ils débrayeraient tous si la police venait à entrer dans l’établissement.

Aujourd’hui pour la première fois depuis 10 ans, Montrouge a débrayé majoritairement (avec 100% de grévistes chez les ACD). Les collègues ont eux-mêmes été surpris du nombre qu’ils étaient à réagir.

Les grévistes ont rejoint les facteurs de Fontenay, qui ont de nouveau suivi le mouvement à l’occasion d’une audience que leur a accordée leur directeur. Pour Fontenay comme pour Montrouge, la direction cherche à mettre en place les réorganisations entre juillet et Août, comme l’a confirmé la direction elle-même dans Le Parisien : une manière de les mener en catimini, au moment où le personnel est moins nombreux.

Pic dans la mobilisation

A part Fontenay, qui a une tradition de lutte, tous les bureaux en mobilisation ont un point commun : ils avaient la réputation d’être des bureaux quasi-impossibles à mobiliser. La force de la grève démontre que personne n’est par nature non-gréviste, et que la capacité de mobilisation existe partout où il y a des salariés. Ensemble, on sent que l’on devient fort. Ce jour, le nombre de grévistes est le plus élevé depuis le début du mouvement. La réalité ? C’est la première fois depuis au moins 10 ans (20, 30 ans ?) qu’il y a autant de bureaux en grève majoritaire au même moment dans le 92.

Les grévistes sont allés manifester en fin de matinée face à une annexe du siège de la Poste qui se trouve à proximité du bureau de Montrouge. D’ailleurs, 2 cars de CRS étaient postés au même moment devant le siège du Courrier à Paris... comme quoi quelques dizaines de grévistes peuvent faire peur même en haut lieu.

Nous sommes à un moment où tout peut basculer : Malakoff et Vanves ont fait trop de jours de grève pour reprendre sans rien gagner, sans parler de Nanterre, et dans les autres bureaux qui passent en réorg, tout est possible.

C’est ce que n’a pas encore compris la direction. La DRH du 92 a adressé un courrier aux représentants syndicaux en prétendant qu’il n’y avait pas de conflit en dehors de Nanterre et que les militants syndicaux mettaient « en danger la santé mentale des managers ». S’ils ont déjà mal à la tête, ces cadres qui jouent aux durs sont loins d’avoir tout vu.