[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

38ème jour de grève à La Poste

lutte-de-classe

Brève publiée le 23 février 2012

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Les grévistes reçus au Siège national du Courrier

Visite à Meudon

Ce matin, prise de parole rapide d’un petit groupe de grévistes à Montrouge : 2 personnes supplémentaires ont fait grève aujourd’hui, dont une agent qui est sortie pour la première fois. Les grévistes s’étaient ensuite donnés rendez-vous à Meudon : la prise de parole a révélé une opposition des agents de ce bureau à l’instauration d’un régime de travail en « mixte » (travail le matin, pause le midi, travail l’après-midi) pour les ACD. Ce type d’horaires constitue une régression inacceptable. La prise de parole a débouché sur une audience dès l’après-midi. Vu que les collègues ne se sont pas mis en grève, la direction ne s’est même pas donnée la peine de donner la moindre information supplémentaire aux agents sur la réorganisation à venir...

Stratégie en construction

L’AG d’hier était centrée sur le débat autour des revendications. Celle d’aujourd’hui a principalement débattu de la stratégie.

Le premier élément qui a été débattu, c’est la possibilité de combiner plusieurs méthodes pour obliger la boîte à céder : il est envisageable d’utiliser les CHSCT pour obtenir des reports des réorganisations, et de mettre en difficulté la boîte au niveau juridique, car elle ne négocie pas loyalement. En effet, elle essaie d’organiser des audiences sans les représentants syndicaux. Elle n’organise pas d’audience départementale alors que le périmètre du préavis de grève est lui-même départemental.

De plus en plus de collègues des différents bureaux sont convaincus de ne reprendre le travail qu’à condition que chaque bureau ait obtenu quelque chose de significatif. Il ne s’agit pas de solidarité abstraite, mais de compréhension que la bataille se fait sur les mêmes questions : l’emploi et les conditions de travail. Du coup, il sera en réalité difficile pour la boîte de lâcher sur cette question pour un bureau mais pas pour les autres : céder ici, ce serait en réalité encourager la bagarre ailleurs. Outre les liens qui se tissent inévitablement entre grévistes des différents bureaux dans les manifs, les AG, etc, les facteurs comprennent que le sort de chaque bureau est lié à celui des autres.

La direction a aujourd’hui rencontré les grévistes de Fontenay. Elle s’est engagée à fournir son propre protocole de fin de conflit pour Malakoff/Vanves, Montrouge, Fontenay... Les audiences sont plus rapprochées dans le temps et le ton de la direction a changé. Mais Nanterre n’a pas eu d’audience cette semaine. Cela signifie que la direction cherche toujours les failles entre bureaux et pense qu’il y a des possibilités de reprise. Face à cette situation et après 38 jours de grève, les Nanterriens ont exprimé le besoin de se réunir entre eux pour faire le point.

Il faut faire preuve d‘un maximum de détermination pour que la boîte soit convaincue qu’elle n’ait pas d’autre choix que de négocier. Car tant qu’elle perçoit des signes de fébrilité ou d’hésitation, elle attendra en espérant des reprises.

Reçus au Siège

C’est pourquoi les grévistes ont décidé de se rendre en manifestation devant le siège national du Courrier (principale filiale du Groupe La Poste) boulevard Brune à Paris. Fait exceptionnel, ils ont été reçus par des responsables RH nationaux qui les ont attentivement écoutés. Les grévistes ont clairement fait comprendre que si des négociations sérieuses ne se mettaient pas en place rapidement, ils tiendraient la direction nationale courrier pour responsable et n’hésiteraient pas à en tirer des conséquences. Mais les grévistes savent de leur côté qu’il faudra élever le niveau du rapport de forces pour gagner : maintenir ou élever le nombre de grévistes, mener des actions, augmenter le soutien extérieur. Populariser la grève, la soutenir financièrement : c’est central pour parvenir à la victoire.