[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Résumé du 40è jour de grève des postiers de Neuilly

lutte-de-classe

Brève publiée le 10 décembre 2015

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Résumé du 40ème jour de grève des postiers de Neuilly (lundi 7 décembre 2015)

La direction revient une nouvelle fois sur sa parole, les grévistes tiennent la leur : ils continuent la mobilisation

Les grévistes n’avaient pas eu de nouvelles de la part de la DSCC de tout le week-end, après leur engagement à une audience de négociation en présence d’E. Coquerel.

Les grévistes savent bien que la parole des patrons postaux ne vaut pas grand-chose, et ils avaient donc décidé de rester actifs. C’est pourquoi ce matin, des interventions ont eu lieu dans les bureaux de Clichy, Asnières, Montrouge, Gennevilliers et Boulogne.

Grève le 17 décembre en perspective

L’ambiance a changé à Clichy depuis la grève du mois dernier qui avait permis de faire reculer la direction sur le sous-effectif et sur le paiement des heures supplémentaires (et leur caractère non-obligatoire). Les facteurs étaient réceptifs à l’idée d’une mobilisation commune des bureaux début 2016, contre les réorganisations et contre le nouveau régime d’heures supplémentaires (comblement du sous-effectif par des heures supplémentaires obligatoires et sous-payées). Préparer, discuter d’une telle perspective d’un départ en grève simultané de plusieurs bureaux est l’objectif de la grève du 17 décembre prochain.

La première prise de parole depuis plusieurs mois a eu également lieu à Montrouge ce matin, et la grève du 17 décembre y a été accueillie favorablement. A Asnières et Boulogne, une réunion du personnel aura lieu demain.

Face au chantage de la direction, tenir et préparer l’extension du mouvement

En fin de matinée, la direction départementale a fini par donner signe de vie à E. Coquerel, en prétextant qu’il n’était pas possible de se rencontrer cette semaine en présence de l’élu… en raison du « devoir de neutralité » en période électorale ! Alors dans ce cas-là, pourquoi ne pas accepter une médiation de l’Inspection du Travail ? En fin de journée, M. Saint-Guilhem répondait en personne à une nouvelle demande d’audience… il refuse toute audience, parce que les grévistes continuent de se rendre dans les centres postaux ! La direction cherche tout simplement à isoler Neuilly et à les décourager en refusant la négociation, en comptant sur de futures paies séchées au maximum en périodes de fêtes. Les grévistes le comprennent parfaitement et s’organisent pour d’une part tenir, et d’autre part continuer à s’adresser à l’extérieur pour faire peser la menace d’un mouvement qui s’élargisse. Tant que Neuilly sera en grève, La Poste aura affaire à ce danger d’une grève qui déborde là où on ne l’attend pas !

Résumé du 41ème jour de grève des postiers de Neuilly (mardi 8 décembre 2015)

La mobilisation tous bureaux et tous services se construit pas à pas dans le 92

De multiples interventions ont de nouveau on été organisées aujourd’hui dans le 92. Une prise de parole a tout d'abord eu lieu ce matin tôt à Neuilly-même afin d’informer l’ensemble des collègues y compris les non-grévistes de là où en est le conflit, en particulier du refus persistant de la direction départementale de négocier. Les collègues ont pu constater que la direction avait été obligée d’embaucher 17 remplaçants issus du CTED (centre départemental de facteurs remplaçants), sans parvenir pour autant à couvrir les tournées des grévistes !

Une prise de parole a eu lieu à Malakoff, à laquelle l’ensemble des collègues (exceptés deux intérimaires) ont participé. L’échange a duré près d’une heure, et a permis de discuter de l’objectif d’une mobilisation d’un maximum de bureaux début 2016 contre les restructurations, contre la fin du fini-parti et les heures supplémentaires obligatoires et sous-payées. Les collègues ont l’expérience d’une longue grève victorieuse aux côtés d’autres bureaux, et le vote d’une expertise CHSCT contre le projet de réorg prévu initialement en décembre permet d’envisager la mobilisation de manière coordonnée avec les autres bureaux qui sont censés passer en réorg en 2016.

Prise de parole également à Antony pendant le TG, dans ce bureau où ce type d’habitudes n’étaient plus acquises. Une majorité de collègues ont écouté attentivement la proposition d’une grève le 17 décembre dont l’objectif sera de regrouper toutes celles et ceux qui voudront préparer une mobilisation large début 2016.

Une réunion du personnel s'est tenue à Asnières, les collègues étaient nombreux et ont décidé d’une nouvelle manifestation à vélo en direction de la mairie afin de l’interpeller sur la question de la délocalisation hors de la ville voulue par La Poste.

La réunion du personnel à Boulogne a été particulièrement réussie, avec 47 participant(e)s. La question du projet de réorganisation et celle des heures supplémentaires obligatoires ont été abordées. Boulogne a déjà subi une réorganisation en mai 2014… et si la direction se permet d’en ré-enclencher une 24 mois après, c’est parce que la précédente n’avait pas été contestée par une grève. Une série de contre-exemples (Rueil, Fontenay, Malakoff…) ont été donnés qui ont permis de montrer que quand les bureaux contestent les réorgs par la grève, la direction y réfléchit à deux fois avant de les restructurer. Avec cette réunion du personnel, c’est la perspective d’un début de mobilisation dans la plus grosse distribution du département qui pointe le bout du nez.

Le Conseil Syndical de SUD Activités Postales 92 s’est réuni aujourd'hui en commun avec les grévistes de Neuilly, avec au coeur de la discussion la grève départementale du 17 décembre comme tremplin vers une mobilisation reconductible début 2016.

Dans la foulée du Conseil Syndical, les grévistes et les militants SUD se sont rendus en délégation à l’entrée de la PFC pour exiger qu'il soit possible d'intervenir sur ce centre de la même manière qu'à la distribution. La première réaction de la direction du centre a été de bloquer les entrées et sorties de camions du centre en cette période d'intense trafic au colis... alors que les grévistes et militants ne cherchaient pas à entrer dans le centre. Est-ce le souvenir de la grève reconductible commune pfc-distri de 2014 ? Le directeur de la PFC est rapidement venu à notre rencontre. Nous avons indiqué que pour nous il était normal de pouvoir effectuer des prises de parole à la prise de service, à la pfc comme dans les autres centres.

Les interventions d'aujourd'hui et prévues dans les prochains jours constituent la preuve que les grevistes ne lancent pas des menaces en l'air quand ils indiquent qu'ils sont prêts à s'adresser à toutes et tous leurs collègues, quel que soit le bureau, quel qie soit le métier.

Pour aider les grévistes à tenir :

Chèques à l’ordre de SUD Poste 92, à envoyer au 51 rue Jean Bonal 92250 La Garenne-Colombes, mention Solidarité grévistes au dos