[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Blois : Germanaud doit fermer en août, les salariés en grève

lutte-de-classe

Brève publiée le 16 mars 2016

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Actualite/Economie-social/n/Contenus/Articles/2016/03/15/Blois-Germanaud-doit-fermer-en-aout-les-salaries-en-greve-2653676

La direction du groupe Turenne-Lafayette, auquel appartient l'usine Germanaud de Blois, a annoncé lundi la fermeture définitive du site en août prochain. Le personnel s'est aussitôt mis en grève.

L'ordre du jour du comité d'entreprise extraordinaire de la société Germanaud qui s'est tenu lundi ne laissait aucun espoir au personnel. Il mentionnait une "information sur le projet de fermeture de l'établissement de Blois, afin de sauvegarder la compétitivité du secteur d'activité charcuterie du groupe Turenne-Lafayette."

Lors de cette réunion, le calendrier de négociation du Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) a été précisé. La prochaine réunion aura lieu le 25 mars. D'ores et déjà, les salariés savent que la fermeture définitive de l'usine est prévue pour le mois d'août prochain, à moins qu'un hypothétique repreneur se manifeste d'ici là. Mais les recherches entreprises depuis plusieurs mois ont été vaines jusque-là et l'espoir est très mince.

Des propositions de reclassement pourraient être faites dans deux autres usines du groupe, où les activités de Germanaud (tranchage, fabrication de barres de jambons) seront transférées, à Limoges (Madrange) et Goussainville, en région parisienne (Paul Prédault). Dans l'immédiat, les syndicats de l'entreprise, la CGT et Force Ouvrière, veulent se battre pour explorer toutes les possibilités de préserver les emplois sur place. Même si, à terme, leur véritable combat sera d'obtenir les meilleures conditions de départ ou de reclassement possibles.

Le mouvement de grève lancé hier bloque totalement la production. Pour reprendre le travail, les salariés demandent une prime de 50 euros par jour. Denis Michault, directeur adjoint du groupe Turenne-Lafayette est attendu ce mardi après-midi à Blois pour rencontrer les délégués du personnel.

L'usine Germanaud de Blois compte 105 salariés. Leur moyenne d'âge est de 47,5 ans et leur ancienneté moyenne dans l'entreprise de 20 ans.