[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    La CGT appelle à une grève illimitée à la RATP à partir du 2 juin

    CGT Khomri syndicalisme

    Brève publiée le 23 mai 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.huffingtonpost.fr/2016/05/23/greve-ratp-illimitee-deux-juin-cgt_n_10105274.html?utm_hp_ref=france

    TRANSPORTS - La CGT, premier syndicat à la RATP, appelle lundi 23 mai les agents de la régie parisienne des transports à une grève illimitée à partir du 2 juin pour demander la réouverture des négociations salariales annuelles et le retrait du projet de loi travail.

    Comme en mars, le syndicat lie la contestation du projet El Khomri à des revendications propres à l'entreprise: les "besoins légitimes des agents" ne sont satisfaits "ni (par) le projet de loi travail (...) ni par une augmentation ponctuelle au travers des mesures catégorielles et/ou individuelles", explique la CGT dans son préavis, daté du 20 mai, mis en ligne sur son compte Facebook.

    "La direction, soutenue par le gouvernement, persiste à ne pas augmenter la valeur du point statutaire, seule garantie d'une mesure générale sur l'ensemble des salaires", se plaint Bertrand Hammache, délégué central adjoint.

    Dans un tract plus explicite signé de sa section Bus, le syndicat réclame "300 euros d'augmentation" et "le rejet de la loi travail". "Le dialogue du gouvernement, c'est le 49-3. Le dialogue de la direction, c'est le relevé de décision. La riposte des agents, c'est la grève. On bloque tout!" écrit-il.

    La CGT déplore le gel, pour la deuxième année consécutive, de la valeur de ce point servant à calculer le salaire des agents (hors primes), malgré des "bénéfices records" (437 millions d'euros, +47%). Lors des négociations salariales annuelles, qui ont eu lieu le 11 mars, la RATP a refusé une augmentation générale des salaires. Elle a cependant signé avec l'Unsa et la CFE-CGC un accord sur diverses mesures de revalorisation (de l'intéressement, des bas salaires et d'une prime).