[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Théâtre social : quand Philippe Durand raconte les Fralib

culture

Brève publiée le 7 juin 2016

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

« TRAVAILLER SANS PATRON », affichait la Générale, théâtre et coopérative artistique et politique parisien. Nous étions le 65 mars, peu après la manifestation du 1er mai. Le comédien Philippe Durand, habitué des planches, y jouait ses « Paroles de Fralib », seul en scène, en se faisant porte-voix des témoignages bruts collectés dans l'usine des anciens ouvriers Lipton, en lutte pendant 1336 jours. Grèves, occupations, boycotts, bras de fer avec la justice : les Fralib refusent le chèque de départ et se battent afin de récupérer leur outil de travail. Rare : ils ont gain de cause et lancent leur marque de thé au sein d'une Scop qu'ils s'échinent, depuis, à garder debout. Cela fit grand bruit. Cette bataille, le comédien a choisi de la rapporter de l'intérieur, avec l'accent des premiers concernés. Dans la salle, ce soir-là : des « nuitdeboutistes », des lycéens impliqués dans les blocages, des salariés en grève et syndiqués. Parce qu'elle est une métaphore éloquente du monde du travail, la lutte des Fralib est une boussole ; Durand en fait un mode d'emploi. Quelques jours avant la représentation, nous lui demandons de nous parler des origines de cette pièce. Le comédien qui, en parallèle, se prépare à incarner l'un des Lehman Brothers au théâtre du Rond point, a la voix calme. Philippe Durand nous lit, pendant l'échange, des passages d'un épais manuscrit rassemblant tous les témoignages collectés dans l'usine de Géménos.

La suite: http://www.revue-ballast.fr/theatre-social-fralib/