[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

De la genèse d’un syndicat Jaune durant la Belle Époque aux vitres brisées de la CFDT

histoire syndicalisme

Brève publiée le 28 juin 2016

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.archyves.net/html/Blog/?p=7050

[De la genèse d’un syndicat Jaune durant la Belle Époque
aux vitres brisées de la CFDT, son dernier avatar ad hoc.]

Le 8 novembre 1899, lors d’un arrêt de travail massif dans les puits de Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), un petit groupe de mineurs se constitue avec le soutien du patronat local pour empêcher l’extension du mouvement. Apprenant que ces anti-grévistes appointés se réunissent au Café de la Mairie, un cortège de manifestants se rend sur place. Les plus énergiques d’entre eux — fils spirituels de la fameuse «bande noire» qui avait défrayé la chronique locale de la «propagande par le fait» des anarchistes seize ans plus tôt — se saisissent de quelques pierres alentour et commencent à les lancer contre cet estaminet de mouchards et de traîtres à la cause ouvrière. Ce faisant, les prolos en pétard brisent très naturellement toutes les vitres dudit repère de briseurs de grèves. Peu après ces violentes échauffourées, la légende veut que le patron du troquet lapidé ait remplacé les carreaux cassés par de grandes feuilles de « papier huilé », de teinte jaunasse. D’où, semble-t-il, l’appellation infamante qu’en France on attribuera désormais  aux « anti-grévistes » de tous poils. À moins qu’il s’agissent d’une référence à ces œufs (et leur trace jaunâtre) que balançaient parfois les gueules noires en lutte pour la « journée de huit heures » contre les non-grévistes venus les remplacer au pied levé (même s’il existe quelques variantes régionales pour ces «jaunes» également traités de «renards» ou de «rouffious).

Il est cependant difficile de savoir si ce surnom a priori péjoratif ne découle pas, à l’inverse, du choix délibéré de cette couleur symbolique par les défenseurs zélés de leurs propres employeurs, le jaune s’inspirant du drapeau du Vatican contre le chiffon rouge des communards. De fait, en décembre 1901, l’Union fédérative des syndicats et groupements ouvriers professionnels de France et des colonies est officiellement créée avec les subsides du Comité des Forges (entre autres). Comme cette appellation à rallonge est malcommode, on lui en substitue rapidement une autre : Fédération Nationale des Jaunes de France, fondée par Paul Lanoir qui, dès mars 1902, synthétise ainsi son credo en trois mots : «Travail, Famille, Patrie», devise promise à l’avenir qu’on sait quarante ans plus tard.

En avril 1902, Pierre Biétry reprend les rênes du mouvement et rédige une sorte de bréviaire intitulé Le Socialisme et les Jaunes.Outre une fixette antisémite flagrante, l’ex-leader de l’éphémère Parti Socialiste National y ébauche une sorte de synthèse corporatiste : «Réaliser la renaissance nationale en créant la réconciliation des classes sur un programme de justice sociale.» Un an plus tard, la référence au socialisme est jetée aux oubliettes. La jeune Action Française et d’autres ligues patriotiques voient dans ces «groupes anti-collectivistes» et leur Bourse du travail «indépendante» une force nouvelle capable de faire face à la montée en puissance d’une CGT alors sous forte influence libertaire.

Financièrement, ce Mouvement Jaune est soutenu par de riches parrainages, celui du duc d’Orléans ou de la duchesse d’Uzès. Présent dans l’Est, le Nord et la région parisienne, ce syndicat autoproclamé « jaune » (Fédération Nationale des Jaunes de France) pourrait avoir atteint 100 000 adhérents l’année de sa (re-)création en mai 1908. Autre surgeon du même mouvement, le Parti Propriétiste, fondé par le même Pierre Biétry, valorise « la participation » et « la grande famille du travail » unie dans une « inséparable communauté d’intérêts » contre les partisans haineux de la « lutte des classes ».

Alors que depuis 1906, sous l’impulsion du radical-socialiste Clemenceau, la répression s’accentue face à l’essor d’un syndicalisme d’action directe – qui avec la Charte d’Amiens voté par la CGT prône le boycottage et le sabotage –, les « jaunes » sont désormais la providentielle armée de réserve d’une soldatesque noyant dans le sang la moindre tentative de grève générale. Le vent va bientôt tourner. Tandis que la combativité ouvrière connaît un certain reflux, en 1909, le nervi patronal en chef Bietry va jusqu’à proposer de « clouer la charogne de Jaurès vivante contre une porte. » C’en est trop. Ses excès de langage et son ancrage au sein de la droite extrême (un temps auprès de Charles Maurras puis plus durablement aux côtés deLa Libre Parole de Drumont) l’ont rendu encombrant pour les gestionnaires étatiques (de centre gauche ou de centre droit) qui se partagent le gâteau au Parlement.

Le baroudeur anti-judéo-socialiste va tenter l’aventure en Indochine où il mourra en 1918. Quant à son mouvement d’idiots utiles au service des grands industriels, il a disparu aussi vite qu’il est apparu, faute de financement. Pour réapparaître sous d’autres prête-noms, dans les années 30, puis les années 70,
et caetera.

Toute ressemblance entre le précédent historique brièvement évoqué ci-dessus et, un gros siècle plus tard, la manif sauvage qui, jeudi dernier, a fait voler en éclats les portes vitrées du siège (anti-)social de la CFDT à Belleville, non sans entamer quelques pans de verre latéraux… pourrait bien ne pas être fortuite.
Qu’on en juge par ce tag sans équivoque laissé sur place…

Post-scriptum : Depuis une décennie, d’autres occupations pacifiques, amoncellements de poubelles ou jets de tomates avariées ont déjà visé ce même lieu, symbolique de la gestion «paritaire» par les frères siamois du MEDEF et de la CFDT du soi-disant déficit de UNEDIC sur le dos des chômeurs appauvris d’autant. Toutes ont donné lieu à des violences de la part des vigiles ou des CRS appelés en renfort puis à des dépôts de plaintes, selon une tentative de criminalisation des intermittents du spectacle & précaires en lutte. Sans esprit de revanche ni préjuger du mode d’action le plus approprié, sans blâmer non plus la totalité des militants de l’organisation sus-nommée mais la ligne politique de sa direction, deux trois liens juste pour se rafraîchir la mémoire, c’est ici ou .