[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Mort d’Adama: "Il a pris le poids de nos corps à tous les trois"

Violences-Policières

Brève publiée le 29 juillet 2016

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20160729.OBS5559/info-obs-mort-d-adama-traore-il-a-pris-le-poids-de-nos-corps-a-tous-les-trois.html

Un "syndrome asphyxique" à l'origine du décès d'Adama Traoré lors de son interpellation, a été évoqué par les deux expertises.

Les causes de la mort d'Adama Traoré sont encore loin d'être claires. Les deux rapports d'autopsie diligentés depuis le décès du jeune homme de 24 ans à la suite de son interpellation à Beaumont-sur-Oise le 19 juillet, avaient unanimement signalé des "lésions" - des"abrasions cutanées" au cuir chevelu, au front et sur l'épaule ont été relevées par les médecins légistes - mais indiqué qu'elles n'avaient "pas d'incidence dans le processus mortel".

"L'Obs" a appris de source judiciaire que les gendarmes qui ont arrêté Adama Traoré se sont expliqués sur procès verbal devant les enquêteurs : "Nous avons employé la force strictement nécessaire pour le maîtriser". Mais ils ajoutent également :

"Il a pris le poids de nos corps à tous les trois au moment de son interpellation". 

La précision est importante :  les deux expertises évoquent dans leurs conclusions un "syndrome asphyxique" à l'origine du décès.

"Ecrasé par le poids de ces trois personnes réunies"

L'avocat Yassine Bouzrou, saisi aujourd'hui de l'affaire par la famille du défunt, résume : "Nous avons un individu seul face à trois personnes qui reconnaissent avoir fait usage de la force. Et contrairement aux allégations avancées publiquement par le procureur de la République de Pontoise, Yves Jannier, Adama Traoré avait une santé normale selon ses proches. Il assure : 

Vous aimez cet article ?Inscrivez-vous à la Newsletter de l'Obs×

S'inscrire

"Les expertises l'affirment, il est bien décédé d'une asphyxie."

Alors l'avocat en vient à se demander "si la mort de la victime ne résulterait pas par exemple d'une compression thoracique, méthode habituellement utilisée au cours de certaines interpellations, dont on sait qu'elle peut être mortelle". Pour Yassine Bouzrou, la déclaration faite aux gendarmes devant les enquêteurs "laisse clairement entendre qu'Adama Traoré n'a certes pas été battu, mais écrasé par le poids de ces trois personnes réunies". 

Pourtant, le procureur de la République de Pontoise Yves Jannier a annoncé ce vendredi que la justice refusait la troisième expertise médico-légale demandée par la famille Traoré. Une demande qui faisait suite aux déclarations de ce même magistrat évoquant "une infection très grave", dont aurait été victime le jeune homme. Il avait aussi indiqué que les prélèvements effectués sur le coeur d'Adama Traoré montraient une "pathologie cardiaque" qui aurait été "potentiellement la cause directe de sa mort".

Des propos qui s'appuyait sur la première autopsie réalisée par un légiste à l'Institut médico-légal de Garches. Mais la deuxième expertise pratiquée à l'Institut médico-légal de Paris par deux médecins légistes, elle, fait état d'une "absence d'anomalie cardiaque".

Pour Yassine Bouzrour, "si Adama Traoré avait une infection, cela ne peut être établi qu'à la suite d'analyses anatomo-pathologiques, et non de cette manière imprécise et trompeuse, qui donne le sentiment que les informations ainsi délivrées par la justice sont impartiales".

"Justice pour notre petit frère"  

La famille d'Adama Traoré dit ne vouloir qu'une chose aujourd'hui, "la justice pour notre petit frère". Lassana Traoré, son frère aîné, indique : 

"Nous devons chercher et connaître les causes de la mort d'Adama. Car pour nous, au stade où nous en sommes, elles ne peuvent être liées à une maladie".

La famille tiendra demain à midi une conférence de presse à la Gare du Nord à Paris. Elle participera ensuite à une marche jusqu'à la place de la République.