[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Valls : portrait de l’homme politique en agent de la guerre civile

islamophobie

Brève publiée le 28 août 2016

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://npa2009.org/idees/antiracisme/valls-portrait-de-lhomme-politique-en-agent-de-la-guerre-civile

Crédit Photo: 

Photothèque Rouge / JMB

Sollicité par la LDH et le CCIF, le Conseil d’État vient de suspendre les arrêtés anti-burkinis qu’avait pris plus d’une trentaine de mairies (majoritairement LR mais aussi FN et PS). Il a notamment considéré que « l’arrêté litigieux a […] porté une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d’aller et venir, la liberté de conscience et la liberté personnelle ». On aurait pourtant tort d’imaginer que l’offensive raciste – adossé à un front politique allant de fait du gouvernement au FN en passant par LR – est terminée.

L’offensive islamophobe va continuer

Le Premier ministre Manuel Valls a immédiatement réagi, lui qui avait déjà soutenu les maires en question.Rapidement après l’annonce de la décision du Conseil d’État, il a déclaré que celle-ci« n’épuisait pas le débat » et a précisé : « Dénoncer le burkini, ce n’est en aucun cas mettre en cause une liberté individuelle. Il n’y a pas de liberté qui enferme les femmes ! C’est dénoncer un islamisme mortifère, rétrograde ». Qu’annonce-t-il par ces déclarations ? Non qu’il porte un intérêt pour les droits des femmes ; qu’a-t-il fait contre les violences qui leur sont faites ou les discriminations sexistes structurelles ? Ce que dit cette déclaration, c’est tout simplement que la bataille est très loin d’être terminée, et qu’elle ne se jouera pas essentiellement sur le terrain juridique. Comme dans les années 1990 et 2000, une offensive idéologique et politique a d’ores et déjà commencé, dont l’objectif est simple : accélérer l’entreprise de stigmatisation, de discrimination et de ségrégation visant spécifiquement les millions de musulman·e·s vivant en France.

La décision du Conseil d’Etat est une victoire, mais elle est partielle : elle n’annule pas les lois et circulaires islamophobes passées dans les quinze dernières années, et elle n’est qu’un coup d’arrêt provisoire. Souvenons-nous qu’en 1994, le Conseil d’Etat avait invalidé le règlement intérieur d’un lycée prétendant interdire les signes religieux dans l’établissement. Il avait annulé au passage un jugement du tribunal administratif de Nantes, et du même coup empêché l’exclusion scolaire de plusieurs élèves. Quelques années plus tôt, en 1989, le même Conseil d’Etat avait déjà précisé : « Dans les établissements scolaires,le port par les élèves de signes par lesquels il entendent manifester leur appartenance à une religion n'est pas par lui-même incompatible avec le principe de laïcité, dans la mesure où il constitue l'exercice de la liberté d'expression et de manifestation de croyances religieuses ».

On sait pourtant ce qui est advenu 10 ans plus tard : au terme d’une énorme campagne intellectuelle, médiatique et politique, Chirac et le gouvernement Raffarin étaient parvenus à imposer une loi liberticide et raciste : la loi du 15 mars 2004. Au nom d’une loi qui prétendait les libérer (autoritairement), ce sont des dizaines d’élèves qui furent exclues, sans même parler de la souffrance qu’elle a pu provoquer chez des milliers d’élèves contraintes de se plier à cette nouvelle législation, mais aussi du renoncement à une scolarité dans l’école publique, et parfois à une scolarité tout court, que cette loi a signifié. Pour parvenir à une « victoire » qui aboutissait à exclure pour libérer (rien moins !), il avait fallu des années d’un travail idéologique visant non seulement àredéfinir la laïcité, mais aussi à constituer le port du foulard – et à travers lui l’Islam et les musulman·e·s – en « problème public ».

À l’heure où les gouvernements réduisaient drastiquement les moyens de l’École publique, la ficelle était sacrément grosse. Elle a pourtant fonctionné, pour au moins deux raisons : elle s’est articulé au racisme structurel qui caractérise la société française (sous la forme en particulier des discriminations racistes systématiques ciblant les descendant·e·s de colonisé·e·s) ; et le terrain idéologique avait été activement préparé pour construire les musulman·e·s comme menace pour l’École et les valeurs universelles qu’elle prétend illusoirement incarner face à l’obscurantisme religieux.

L’un des principaux agents de la guerre civile

Valls s’inscrit clairement dans cette dynamique islamophobe. Comme tout professionnel de la politique, il aime se référer aux valeurs de la « République », en particulier au « vivre-ensemble ». C’est d’ailleurs au nom du « vivre ensemble » qu’il somme les musulmans d’ « aider la République », sous peine de rendre « de plus en plus dur » la garantie du libre exercice du culte.

Nul doute pourtant qu’il est devenu en quelques années à peine l’un des principaux agents de la guerre civile. Une guerre de basse intensité et qui ne s’avoue pas comme telle certes ; mais une guerre, qui combine les traits d’une guerre de classe et d’une guerre (néo-)coloniale, qui cherche à briser les résistances des opprimés et les solidarités potentielles pouvant s’établir entre eux/elles, et prend pour cela des formes idéologiques et militaires. De ce point de vue, l’état d’urgence a permis d’intensifier encore davantage le quadrillage répressif des quartiers populaires en multipliant les contrôles au faciès, les assignations à résidence, les raids de la BAC, voire le siège par des compagnies de CRS ; en somme l’arbitraire et le racisme policiers. La mort d’Adama Traoré durant l’été a malheureusement rappelé la réalité – devenue banale depuis des décennies – des crimes policiers visant les Noirs et les Arabes, toujours impunis.

Cette guerre prend donc pour cible les musulman·e·s et les habitant·e·s des quartiers populaires, mais aussi les Rroms. On se souvient de sa déclaration en 2013, qui lui avait valu un procès pour provocation à la discrimination raciale  et visait essentiellement à justifier la multiplication des démantèlements de camps (« respectueuse des personnes, mais particulièrement ferme » annonçait-il…) : « Ces populations ont des modes de vie extrêmement différents des nôtres et qui sont évidemment en confrontation » avec les populations locales, a-t-il ajouté. «C’est illusoire de penser qu’on règlera le problème des populations rroms à travers uniquement l’insertion ». Il n’y aurait « pas d’autre solution que de démanteler ces campements progressivement et de reconduire (ces populations) à la frontière. […] Les Rroms ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie, et pour cela il faut que l’Union européenne, avec les autorités bulgares et roumaines, puissent faire en sorte que ces populations soient d’abord insérées dans leur pays ».

Ces discours ne sont pas sans conséquence : outre leur connexion intime avec le ciblage systématiquement raciste de la police, ils construisent des figures de l’ennemi intérieur et prépare le terrain à des déchaînements racistes, en donnant confiance aux éléments les plus racistes dans la population, organisés ou non dans le cadre de l’extrême droite. À Calais, des migrant·e·s sont régulièrement enlevé·e·s et tabassé·e·s, voire laissé·e·s pour mort. À Marseille, un camp de Rroms a récemment été attaqué à coup de cocktails Molotov. À Sisco en Corse, si l’on ne peut dire avec précision l’origine de ce que les médias dominants ont décrit comme une « rixe », il est avéré qu’une foule de plusieurs centaines de personnes s’est dirigé aux cris de « On est chez nous » vers le quartier populaire de Lupino, en périphérie de Bastia et a agressé à l’hôpital un homme d’origine maghrébine qui avait déjà subi des violences la veille. Menacé de mort, celui-ci a d’ailleurs depuisdécidé de quitter l’île où il habitait depuis 13 ans.

Comment ne pas voir le lien direct entre la campagne raciste menée par les barons locaux autour du « burkini », le soutien de Valls aux arrêtés municipaux, et ces actes racistes ?

Vers une riposte politique

Valls se tient aussi fermement que possible du côté des classes possédantes et sait que la loi travail ne suffira pas pour faire accepter aux salarié·e·s le type de cure néolibérale que Shröder imposa en Allemagne au début des années 2000.

Au contraire, la mobilisation de ce printemps a de nouveau montré la profonde défiance d’une majorité de la population au projet néolibéral porté en commun par le PS et LR, en plus profondément par la bourgeoisie française. Ce mouvement a en outre pris des formes radicales, qui pourraient annoncer un processus d’insubordination généralisée encore à venir. Tout cela souligne de fait la crise d’hégémonie qui taraude la classe dominante française depuis une dizaine d’années, et qui aboutit aujourd’hui à l’approfondissement de la dynamique autoritaire/sécuritaire dans les quartiers populaires, et son extension aux mouvements sociaux, des manifestant·e·s des cortèges de tête arrêtés arbitrairement aux travailleurs de Goodyear ou d’Air France condamnés par la justice pour s’être battus pour sauver leurs emplois.

Le racisme, sous la forme notamment de l’islamophobie, vise non seulement à empêcher les descendants de colonisé·e·s d’ « exister politiquement » de manière autonome (comme disait Sayad), mais également à résoudre cette crise d’hégémonie, en bâtissant une « communauté nationale » soudée contre les musulman·e·s. L’un des enjeux centraux, pour les mois et années à venir, consiste donc à construire et unifier un vaste mouvement de contestation, sans perdre de vue la nécessité d’une mobilisation spécifique : contre la violence d’État qui s’abat quotidiennement sur les quartiers populaires ; et contre l’islamophobie, qui détruit les vies de millions de personnes, entraînant dans sa foulée une explosion de toutes les formes de racisme. Le procès des Goodyear aura lieu le 19 octobre ; un premier pas significatif serait réalisé si étaient invitées à s’exprimer les familles des victimes de violences policières dans les quartiers populaires et des militant·e·s antiracistes. De même, une solidarité du mouvement syndical avec les familles de victimes de crimes policiers constituerait un grand pas en avant.

Pour autant, il n’y aura pas de raccourcis : les combats à venir dans les semaines qui viennent contre le gouvernement sont cruciaux mais ils doivent s’inscrire dans une lutte durable, « sans trêve » pour reprendre le titre d’un livre d’Angela Davis récemment paru, qui se poursuivra après la prochaine élection présidentielle ; les batailles juridiques doivent être menées car elles sont l’une des armes possibles dans l’actuelle guerre de position, et on ne peut que saluer le CCIF et la LDH pour leur travail sur ce plan, mais une riposte politique est nécessaire sur le terrain de l’antiracisme, trop longtemps délaissé par la gauche radicale et le mouvement syndical. Pour faire reculer les forces immenses qui nous font face, c’est donc à un long combat qu’il faut se préparer. Un mouvement antiraciste, politique et autonome, animé par les premiers·ères concerné·e·s, se constitue et se renforce depuis des années. Sans empiéter sur ses terrains d’action, la gauche radicale et le mouvement syndical doivent prendre leur responsabilité ; c’est à ce prix que la peur pourrait changer de camp.

Ugo Palheta