[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    FO va mettre fin au mano a mano avec la CGT

    syndicalisme

    Brève publiée le 11 septembre 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.anti-k.org/2016/09/10/fo-va-mettre-fin-au-mano-a-mano-avec-la-cgt/

    (Les Echos) « Si Jaurès lisait la loi travail, il se retournerait dans sa tombe », a ironisé Jean-Claude Mailly en réponse à Jean-Christophe Cambadélis.

    Pour Jean-Claude Mailly, la journée d’action de jeudi prochain est la dernière contre la loi travail.

    Ce n’était pas le but recherché, mais Jean-Christophe Cambadélis a rendu un fier service à Jean-Claude Mailly. Le premier secrétaire du PS a raillé il y a quelques jours la venue, ce samedi, du numéro un de FO à la Fête de l’Huma pour un débat avec les autres leaders syndicaux opposés à la loi travail – une première pour Force ouvrière, qui s’est construit sur l’anticommunisme. « Ses prédécesseurs doivent se retourner dans leur tombe », a déclaré le dirigeant socialiste. Lors de son meeting de rentrée, ce jeudi à Marseille, le leader de FO lui a répondu vertement.« Si Jaurès lisait la loi travail, il se retournerait dans sa tombe, et que Jean-Christophe Cambadélis s’occupe de ses oignons, il a assez à faire avec le PS. » Il a été applaudi. Le symbole que constitue le rendez-vous de samedi à la Fête de l’Huma indispose un certain nombre de syndicalistes FO qui ont connu l’époque du mur de Berlin. Mais personne n’ose le dire haut et fort, signe qu’une page générationnelle se tourne dans l’organisation.

    « La CGT, c’est notre ennemie, comme les autres »

    Autre chose est le mano a mano entre Force ouvrière et la CGT déclenché par la loi travail. Têtes de cortège, meetings, interviews… Depuis le début du conflit, Jean-Claude Mailly et Philippe Martinez s’affichent ensemble. Le soufflet de la mobilisation étant retombé, cela commence à devenir un sujet en interne à Force ouvrière. Franck Bergamini, le jeune secrétaire général de l’Union départementale des Bouches-du-Rhône FO, où les relations avec la CGT sont tendues, s’en est fait l’écho : « En aucun cas, il n’est question de fusion ou de rapprochement. Très rapidement, on va arrêter tout ça. La CGT, c’est notre ennemie, comme les autres. Notre indépendance en dépend. »

    « Ce n’est pas la première fois que nous sommes dans l’unité d’action sur un problème particulier », a justifié Jean-Claude Mailly, qui a échoué au printemps à obtenir des gestes du gouvernement. Mais il a aussi annoncé la fin du « bout de chemin » de FO avec la CGT, mais aussi avec la FSU et Solidaires. S’il a continué à taper dur sur la réforme du Code du travail et le gouvernement, il a prévenu que le 15 septembre serait la dernière journée d’action à laquelle FO appellerait. Il a expliqué que « le combat va se mener autrement »,avec des actions juridiques. La priorité de FO, désormais, c’est l’élection dans les TPE fin novembre. Jean-Claude Mailly se refuse à tout pronostic. La confédération joue en tout cas moins gros que la CGT et la CFDT. Elle est assurée de rester troisième. Avec un score de 16 % dans le privé, l’enjeu, pour elle, est de réduire l’écart avec les deux autres, qui vont se disputer la première place.

    Leïla de Comarmond, Les Echos Envoyée spéciale à Marseille