[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

La FAGE remporte pour la première fois les élections du CROUS face à l’UNEF

syndicalisme

Brève publiée le 29 novembre 2016

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Pour chaque CROUS, 7 étudiants élus rejoignent ainsi les 17 autres administrateurs. Le taux de participation national s’élève à 7,51 %. 

Les résultats nationaux: 
"Bouge ton Crous" + AFGES (FAGE) : 76 élus (+6) 
UNEF : 66 élus (-11) 
UNI-Met : 12 élus (-3) 
InterAssocs (listes corpo) : 5 élus (=) 
CROUS Ensemble (listes corpo) : 5 élus (+5) 
Autres listes ayant obtenu moins de 5 élus chacune : 32 élus (+3) 
Total : 196 sièges (+20) 

http://www.lemonde.fr/campus/article/2016/11/29/le-syndicat-fage-remporte-pour-la-premiere-fois-les-elections-du-crous-face-a-l-unef_5040195_4401467.html

La Fédération des associations générales étudiantes s’impose avec 76 élus, contre 66 pour l’Union nationale des étudiants de France, une situation inédite pour le syndicat étudiant.

Le temps où l’Union nationale des étudiants de France (UNEF) revendiquait le titre officieux de premier représentant des étudiants en France est révolu. La Fédération des associations générales étudiantes (FAGE) s’est imposée, mardi 29 novembre, avec 76 élus, contre 66 pour l’UNEF, à l’issue des élections des représentants étudiants dans les centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires (Crous). Une situation inédite pour cette organisation.

« Nous sommes maintenant le premier organisme représentant des étudiants au niveau national », se félicite Jimmy Losfeld, président de la FAGE, qui revendique au total 90 élus, en prenant en compte des associations locales rattachées à sa fédération.

Une première

C’est la première fois que la FAGE devance largement l’UNEF lors de ce scrutin. En 2014, l’UNEF et la FAGE étaient au coude-à-coude, après une forte poussée de la FAGE qui obtenait 70 élus (+ 13), contre 77 pour l’UNEF. Deux ans plus tard, l’UNEF perd encore du terrain et 11 élus, n’en conservant que 66. L’UNI (Union nationale interuniversitaire), proche de la droite, termine cette année en troisième position avec 12 élus (14 en 2014). PDE, qui comptait 14 élus, n’en « revendique » aucun à l’issue du scrutin 2016.

Cette défaite, l’UNEF préfère la minimiser« Il n’y a pas de renversement du rapport de force dans la représentation étudiante », veut croire sa présidente, Lilâ Le Bas. Selon elle, le vainqueur du scrutin n’est pas une association étudiante, mais l’abstention. En effet, seulement 183 000 étudiants se sont déplacés, soit un taux de participation de 7,51 %, encore plus faible que les 9,1 % de 2014. Lilâ Le Bas poursuit :

« La faible participation des étudiants, c’est le ras-le-bol de ne pas être entendu. Ce résultat est le reflet des politiques étudiantes qui, depuis plusieurs années, se brisent sur le mur de l’austérité. »

Au printemps dernier, la FAGE s’était rapidement écartée des organisations opposées au projet de loi travail porté la ministre Myriam El Khomri. A contrario, l’UNEF, qui a maintenu ses troupes mobilisées jusqu’à l’adoption finale, n’en tire aucun bénéfice à l’heure du scrutin. Ce vote, « c’est une sanction contre le syndicat qui a organisé les désordres, les blocages de leurs universités », estime Edgar Mathet, délégué national de l’UNI. L’UNEF paierait son opposition « dogmatique » à l’encontre de l’exécutif, juge Jimmy Losfeld.

Médiatiquement écrasées

Enfin, les élections du Crous ont été médiatiquement écrasées par une autre campagne, celle de la primaire de la droite, commente Lilâ Le Bas :

« Pendant un mois, les étudiants ont assisté à des débats, où, concernant la vie étudiante et la politique jeunesse, il a été question de service civique obligatoire, de service militaire, de sélection à l’entrée de l’université et d’augmentation des frais de scolarité, cela interroge les étudiants sur les perspectives qui s’ouvriront à eux. »

Les élus étudiants sont membres du conseil d’administration de chacun des 28 Crous que compte le territoire (un par région) pour deux ans, ce qui fait 196 élus au total. Ils constituent des « grands électeurs » et élisent leurs représentants au conseil d’administration du Cnous, l’instance nationale qui pilote les politiques delogement, de restauration et de services.