[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Portugal: Grève des contrôleurs aériens

lutte-de-classe

Brève publiée le 24 mai 2012

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

LISBONNE, 24 mai 2012 (AFP) - Le trafic aérien au Portugal était de nouveau très perturbé jeudi par des grèves partielles des contrôleurs aériens qui devaient poursuivre leur mouvement vendredi affectant ainsi quelque 500 vols sur deux jours, selon le gestionnaire des aéroports ANA.

Quelques 200 vols devaient être perturbés jeudi et 311 vendredi, à précisé le gestionnaire soulignant toutefois que les compagnies aériennes s'efforcaient de reprogrammer leur vols afin d'affecter le moins possible les voyageurs.

La compagnie nationale portugaise, TAP, a annoncé de son côté l'annulation jeudi de 35 vols.

Les contrôleurs aériens de la NAV, la société qui gère l'espace aérien portugais, cessent le travail trois fois dans la journée par périodes de deux heures de 06H00 à 08H00 GMT, 13HOO à 15H00 GMT et 20H00 à 22H00 GMT.

Après avoir observé cinq jours de grèves partielles en avril, ils ont également cessé partiellement le travail les 11, 17 et 18 mai.

Les contrôleurs aériens de la NAV protestent contre une restructuration de leurs services et des coupes budgétaires décidées par le gouvernement, estimant qu'elles pourraient entraîner "une réduction des recettes d'environ 75 millions d'euros d'ici 2014".

Selon les grévistes, le gouvernement est resté sourd à leurs revendications et "les travailleurs de la NAV ont du s'en remettre à la grève comme ultime recours", a indiqué leur coordonnateur Carlos Felizardo. Les grèves des contrôleurs sont "prématurées et ne mènent à rien", a déclaré de son côté à l'agence Lusa le président de la NAV, Luis Coimbra.

La grève intervient alors que la "troïka" des créanciers du Portugal (UE-FMI-BCE) procède à un nouvel examen de la mise en oeuvre du plan d'aide de 78 milliards d'euros, accordé au pays il y a un an.

Lors de cette nouvelle évaluation la "troïka" doit s'intéresser en particulier aux problèmes de l'emploi alors que les mesures d'austérité qu'elle a recommandées ont eu pour effet d'aggraver la récession tandis que le chômage a atteint dernièrement le taux record de 14,9%.

Les mouvements de grève ont augmenté dernièrement dans le secteur des transports touchant également les chemins de fer et le métro de Lisbonne.