[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Les glaciers alpins fondent à très grande vitesse

écologie

Brève publiée le 17 février 2017

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.lemonde.fr/climat/article/2017/02/16/les-glaciers-alpins-fondent-a-tres-grande-vitesse_5080829_1652612.html

Selon une étude internationale, les formations glaciaires réagissent plus fortement que prévu au réchauffement climatique.

La fonte accélérée des glaciers des Alpes, que constatent à l’œil nu montagnards et habitants des vallées, a déjà fait l’objet de nombreuses publications. Mais elle est beaucoup plus rapide que ce que pensaient jusqu’alors les scientifiques. C’est la conclusion d’une équipe de glaciologues français, allemands, autrichiens et suisses dans une étude qui vient d’être mise en ligne sur le site des Geophysical Research Letters.

Jusqu’ici, l’évolution des glaciers alpins a été évaluée à partir d’un petit nombre de mesures, obtenues à l’aide de balises : des perches en bois plantées dans la glace, dont la hauteur de la partie dégagée permet de quantifier, au fil de la saison, la diminution du manteau neigeux et la fonte. Ces mesures sont ensuite extrapolées à l’ensemble de la surface du glacier pour calculer son bilan de masse, c’est-à-dire la différence entre l’accumulation hivernale due aux précipitations neigeuses et l’ablation printanière et estivale causée par la fonte. Mais cette méthode, qui repose sur des données disparates, avec des points de mesures qui peuvent être différents d’une année à l’autre, est entachée d’incertitudes importantes et ne donne pas d’indication directe sur la fonte de surface.

« Surpris par ces résultats »

Depuis la fin des années 1990, les observations satellitaires permettent elles aussi de suivre les fluctuations des formations glaciaires. Mais elles renseignent mal sur leurs variations interannuelles : elles sont surtout utiles pour des comparaisons sur une échelle de temps de cinq à dix ans.

Christian Vincent, chercheur à l’Institut des géosciences de l’environnement de Grenoble (CNRS – Institut de recherche pour le développement - université Grenoble-Alpes - Institut national polytechnique de Grenoble), et ses collègues européens ont procédé de façon différente. Ils se sont penchés sur six glaciers particuliers, étagés entre 2 400 et 3 500 mètres d’altitude : Sarennes et Saint-Sorlin en France, Gries et Silvretta en Suisse, Hintereisferner et Vernagtferner en Autriche.

Les six glaciers étudiés : Sarennes (Sar), Saint-Sorlin (Sor), Gries, Silvretta (Silv), Hintereisferner (Hef) et Vernagtferner (Vernagt).

Ils ont traité, avec un modèle statistique, les mesures in situ réalisées depuis cinquante ans sur ces six formations, en se focalisant sur la langue, c’est-à-dire sur la partie en aval des glaciers. « Cette méthode nous a permis de disposer de mesures à la fois plus précises et plus homogènes », explique Christian Vincent.

Il apparaît, d’abord, que les variations de masse annuelles des six glaciers sont concordantes d’un bout à l’autre de la chaîne alpine. « En dépit des différences qui peuvent exister entre les climats régionaux, les glaciers répondent à un signal climatique commun sur l’ensemble des Alpes, sur plus de 400 kilomètres », constate le chercheur.

Il s’avère surtout que la fonte actuelle s’opère à un rythme nettement plus soutenu que le donnaient à penser les études antérieures. Jusqu’ici, les scientifiques estimaient qu’au cours de la décennie 2003-2012, les glaciers alpins avaient perdu en moyenne annuelle 1,15 mètre d’épaisseur de glace de plus que pendant la période de référence 1962-1982, marquée par une relative stabilité. Or, les nouvelles mesures montrent que la fonte a augmenté en réalité de 1,9 mètre de glace par an. Soit, sur la décennie 2003-2012 toujours, une fonte supérieure de 65 % à ce que l’on croyait.

« Nous avons été les premiers surpris par ces résultats, qui montrent une réaction plus forte que prévu au signal climatique », indique Christian Vincent. La fonte de surface constitue, explique-t-il, l’indicateur direct de l’impact du réchauffement sur les formations glaciaires.

Ces travaux ne font que confirmer la débâcle annoncée par les glaciologues : avant la fin du siècle, les géants blancs culminant à moins de 3 500 mètres auront disparu du paysage alpin, seuls subsistant les plus altiers, comme la mer de Glace, les Bossons, Taconnaz et, bien sûr, le mont Blanc.