[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Février 1917, le tsarisme s’écroule comme un château de cartes

histoire

Brève publiée le 18 février 2017

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://npa2009.org/idees/histoire/fevrier-1917-le-tsarisme-secroule-comme-un-chateau-de-cartes

Le 23 février 19171, en pleine guerre mondiale, les ouvriers, paysans et soldats russes se soulevaient pour se débarrasser de la misère, de la guerre et du tsar. Première étape d’une révolution qui a duré huit mois, jusqu’en octobre où, cette fois, ce sont les soviets avec à leur tête les bolcheviks qui se sont emparés du pouvoir.

Bien sûr, la révolution de Février, tout comme celle d’Octobre, n’a pas été un coup de tonnerre dans un ciel serein. Les immenses contradictions du pays, son arriération, le développement d’une forte classe ouvrière, concentrée dans de grandes usines, la décomposition du régime2 en faisaient une poudrière. Douze années plus tôt, le pays avait été le théâtre d’une première révolution, déjà liée à une guerre, cette fois contre le Japon. Ecrasée, la révolution de 1905 avait cependant marqué les esprits de façon profonde et durable.

Durant quelques années, la contre-révolution triompha. Les dirigeants ouvriers étaient arrêtés, déportés ou exilés, les grèves étaient en berne. Mais la reprise économique qui se manifesta alors dans toute l’Europe entraîna un fort développement des usines et par là des masses ouvrières, remettant en selle le mouvement socialiste. En 1914, les grèves avaient retrouvé leur niveau de 1905. Mais l’éclatement de la guerre interrompit – provisoirement – cette remontée ouvrière. 

La guerre, accélérateur de la révolution

Si dans un premier temps, la mobilisation entrava le développement ouvrier et révolutionnaire, le gouvernement en profitant pour réprimer sévèrement toute grève ou protestation, pour interdire la presse ouvrière et tenter d’étouffer les syndicats et partis politiques, la guerre exacerba rapidement les colères. Le répit pour les autorités et les propriétaires d’usines fut finalement de courte durée.  

Au front, la situation était terrible, car tout manquait aux soldats, soumis aux brimades, brutalités et punitions corporelles des officiers. Les pertes étaient considérables. Il y eut au total, parmi les soldats russes, 1 700 000 morts et cinq millions de blessés.

Les soldats ne supportaient plus l’incapacité de leurs dirigeants, qui ne pouvaient même pas leur fournir des bottes adéquates, ou même des balles correspondant à leurs fusils. Les premières mutineries éclatèrent. Plus la guerre avançait, plus les désertions se faisaient nombreuses, atteignant le total d’un million dans les derniers mois de l’année 1916. Jusque là pilier du régime, l’armée était ébranlée et, du fait des pertes, contrainte de remplacer une partie de ses cadres monarchistes. Les nouveaux officiers étaient issus de milieux étudiants et libéraux aux fortes sympathies réformistes. 

A l’arrière, la situation devenait tout aussi catastrophique. Dans un pays encore sous-développé et très dépendant d’un marché européen dont il se retrouvait coupé du fait des hostilités, tout se trouvait désorganisé. La moitié de la production était affectée aux besoins de l’armée et les usines autres que celles d’armement fonctionnaient mal. La production agricole s’effondra, entraînant pénuries et rationnement. Manque de combustibles, flambée des prix, désorganisation des transports, toute l’économie prenait l’eau. Le sous-développement se manifestait au grand jour : le ravitaillement ne parvenait plus, les queues s’allongeaient devant les rares commerces servant des vivres. Des émeutes éclatèrent dans une série de localités, pour réclamer du pain. La guerre est toujours un révélateur de l’état économique d’un pays. Et ce que montrait la Russie était catastrophique pour ses masses paysannes et ouvrières.

Les premières grèves du temps de guerre

L’afflux d’une main-d’œuvre peu qualifiée et la course effrénée aux bénéfices de guerre entraînèrent une aggravation des conditions de travail, alors même que la hausse des prix rognait le pouvoir d’achat. Cette situation provoqua rapidement d’importantes grèves économiques, sévèrement réprimées : la troupe tira sur la foule en juin 1915, faisant quatre morts et neuf blessés ; en août, 16 morts et 30 blessés. Les grèves de protestation contre la répression se multiplièrent.

L’année 1915 vit une intensification de la lutte économique. En 1916, les tensions s’exaspérèrent. L’anniversaire traditionnel de la marche des ouvriers en 1905 vers le Palais d’Hiver, le « dimanche rouge » qui avait été le signal de l’insurrection, fut l’occasion d’une grande grève le 9 janvier, non seulement à Petrograd mais aussi à Moscou, Bakou et Nijni-Novgorod, centres traditionnels de l’agitation ouvrière. Le mouvement de grèves s’intensifia. Les affrontements avec la police étaient fréquents. A l’égard des troupes, les ouvriers manifestaient une attitude amicale, un fait alarmant pour les possédants, noté plus d’une fois par les services de sécurité de l’Etat.

A la fin 1916, le coût de la vie s’éleva par bonds, de 300 à 600 % selon les produits. La situation était rendue encore plus dramatique par le froid, qui atteignit cette année-là jusqu’à 40 degrés en dessous de zéro. A l’inflation et à la désorganisation des transports s’ajoutait une véritable pénurie de marchandises. La consommation s’était vers cette date réduite de plus de moitié.

Les luttes du mouvement ouvrier connurent alors un développement qualitatif. A compter d’octobre 1916, la lutte entra dans une phase décisive, unifiant toutes les variétés de mécontentement. L’année s’acheva avec nombre de meetings et de grèves politiques dans les usines. Pensant contrer le mouvement, le gouvernement fit envoyer vers le front, en novembre, un important contingent d’ouvriers des usines de Pétrograd. Mauvais calcul : dans les tranchées, où la révolte grondait aussi, ces ouvriers politisés et conscients purent discuter avec les autres soldats, paysans dans leur grande majorité, pour les convaincre d’en finir avec ce régime.

La question agraire

Les ouvriers des usines de Pétrograd ont donné l’impulsion de la révolution. Mais si la société dans son ensemble a suivi aussi facilement, c’est que la classe ouvrière avait trouvé de puissants appuis dans les masses. C’est notamment la question agraire qui lui assura ce soutien. 

En 1905, les ouvriers n’avaient pu effectuer une jonction suffisante avec la paysannerie. Il y eut bien des révoltes paysannes dans le pays, mais le lien ne se fit pas. La paysannerie étouffait pourtant sous le joug des nobles, propriétaires terriens. La question de la terre était essentielle pour les paysans, libérés du servage depuis seulement 1861. Ils n’étaient plus serfs, mais paysans pauvres. Ils avaient bien reçu des terres, mais moins que la surface nécessaire pour faire vivre une famille. Les lots octroyés étaient trop petits, souvent inférieurs à ceux qu’ils cultivaient auparavant, et ces paysans devaient négocier le rachat des terres avec les propriétaires. Ils étaient indignés de devoir payer une terre qu’ils cultivaient déjà et qui se trouvait réduite. D’où leur déception et de nombreuses révoltes paysannes.

Le régime, inquiet devant les troubles dans les campagnes, essaya de s’y créer une base sociale en favorisant la formation d’une bourgeoisie rurale. Celle-ci devait servir d’antidote aux révoltes paysannes, encouragées par les Socialistes-révolutionnaires (SR, le parti alors le plus influent dans ces milieux). Une petite bourgeoisie se forma alors, les nouveaux paysans riches, les koulaks, pouvant grâce à la Banque paysanne acquérir d’anciennes terres nobiliaires sur le dos des paysans pauvres. Un prolétariat agricole se créa, réceptif  aux idées révolutionnaires. Les troubles agraires augmentèrent, avec pillages et incendies des manoirs seigneuriaux, car les paysans voulaient plus que tout l’expropriation définitive de ces domaines.

En 1914, les voilà cependant mobilisés en masse pour aller combattre dans les tranchées, abandonnant leurs familles, se voyant privés de tout et constatant l’impéritie des autorités. Et se retrouvant également au contact d’ouvriers politisés, qui aidèrent à la prise de conscience de leurs intérêts communs.

La décomposition du régime

C’est peu dire que le régime tsariste était à bout de souffle et coupé des réalités vécues par la population. Le tsar Nicolas II était détesté, notamment du fait de sa cruauté pendant et après la révolution de 1905. Il avait félicité les « braves » d’un régiment qui avait tiré sur les ouvriers, lisait avec plaisir les récits de Juifs ayant eu le crane fracassé dans des pogromes. Détesté, donc, mais moins que la tsarine. En mars 1916, celle-ci avait écrit à son mari pour lui demander de ne pas se laisser fléchir.

Le comble avait été Raspoutine, un mystique fou ou demi-fou, guérisseur supposé et confesseur de la tsarine, qui avait pendant six ans influencé nombre de décisions du couple impérial. Commandes d’Etat, adjudications et nominations dépendaient largement de cet individu que ses proches décrivaient, selon les cas, comme ivre, très ivre ou complètement ivre – et qui finit par être assassiné, le 16 décembre 1916, dans un complot fomenté par des membres de l’aristocratie. L’ovation alors réservée aux meurtriers fut révélatrice de l’impopularité de la famille impériale et du discrédit du régime.

Il était, dans ces conditions, évident que le tsarisme ne pouvait se réformer de lui-même. L’aristocratie, désireuse de ne plus subir l’arbitraire du pouvoir, voulait mettre en place une monarchie constitutionnelle. La très faible bourgeoisie, pour sa part, ne postulait pas à la direction du pays : contrairement à ses homologues en Europe, elle n’avait nulle intention d’impulser un changement de régime, tétanisée qu’elle était par la menace représentée par la classe ouvrière.

Il était de fait trop tard pour opérer une révolution bourgeoise visant à renverser le tsarisme et l’aristocratie pour développer librement les rapports de production capitalistes.

A la fin du 18e siècle, la classe bourgeoise française s’était sentie les reins assez solides pour s’appuyer sur les masses populaires en lutte contre la féodalité, avant de les remettre à leur place. La bourgeoisie russe, développée tardivement et sans légitimité nationale, l’industrie ayant été importée, notamment d’Allemagne, dite « compradore » car tirant sa richesse de sa position d’intermédiaire avec les bourgeoisies européennes et non de sa capacité propre à développer l’économie nationale, n’eut pas la force de se dresser contre le régime. Cette faiblesse et cette lâcheté se manifestèrent tout au long des mois de février à octobre.

Les événements de février

Il ne fallut que cinq jours, du 23 au 27 février, pour venir à bout de ce régime au bout du rouleau. Peu auparavant, le 13 février, 20 000 ouvriers avaient débrayé. Le 18 février, en réponse à une menace de grève, le directeur de l’usine Poutilov, la plus grande entreprise de Petrograd, décida d’en fermer les portes. C’est dans cette atmosphère que tomba, le 23 février (8 mars dans notre calendrier), la « journée internationale des femmes ». Personne ne pensait à l’époque qu’il s’agissait du premier jour de la révolution, puisqu’aucun mot d’ordre spécifique n’avait été donné. Plus encore, des militants voulaient éviter toute grève, car l’esprit des masses était tellement survolté que chaque mouvement pouvait se transformer en collision ouverte avec les forces de l’ordre, et beaucoup pensaient qu’il était trop tôt pour cela.

Déjouant ces calculs, les ouvrières du textile quittèrent le travail en envoyant des délégations aux métallos pour leur demander de soutenir leur grève. Les bolcheviks acceptèrent à contre-cœur, tout comme les mencheviks, les deux organisations issues de la scission de 1903 du Parti ouvrier social-démocrate russe (POSDR). Les femmes étaient lasses des queues interminables devant les boulangeries et voulaient manifester leur colère. Il y eut, le premier jour, 90 000 grévistes. Une foule de femmes se dirigea vers la Douma (le parlement que le tsar avait dû concéder après la révolution de 1905) pour réclamer du pain. « Autant réclamer du lait à un bouc », fut la célèbre phrase de Trotsky3.

La journée se termina sans affrontements. Le lendemain, le mouvement redoubla : la moitié des ouvriers industriels de Pétrograd étaient en grève. Les mots d’ordre devinrent plus politiques : à l’exigence d’avoir du pain s’ajoutaient « à bas l’autocratie » et « à bas la guerre ». Le fait important fut alors le changement d’attitude de la troupe. Le revirement d’opinion s’était déjà manifesté chez les Cosaques, d’ordinaire à la pointe de la répression. La guerre avait dégouté ces propriétaires agraires des marges de la Russie, qui voulaient avant tout rentrer chez eux. En attendant de voir comment tourneraient les événements, ils laissèrent les manifestants tranquilles, engageant même des discussions avec eux. 

De son côté, le gouvernement avait élaboré un plan pour mater la révolution qu’il voyait se profiler : division de la capitale en secteurs, méthodes de répression précises. Le hic, c’est que le matériel humain, en l’occurrence les soldats, fit défaut. Le 25, nouveau développement de la grève, avec 240 000 ouvriers. Des petites entreprises cessèrent le travail, ainsi que les tramways et les grands magasins. Puis ce fut le tour des étudiants.

Une fois de plus dans une période révolutionnaire, les femmes jouèrent un rôle important : elles s’avançaient vers les troupes, s’agrippant aux fusils et demandant aux soldats de se joindre à elles. Une scène décrite par Trotsky : « Les soldats s’émeuvent, se sentent tout penauds, s’entre-regardent avec anxiété, hésitent encore ; l’un d’eux, enfin, se décide avant les autres et les baïonnettes se relèvent dans un mouvement de repentir au-dessus des épaules des assaillants, le barrage s’ouvre, l’air retentit de hourras joyeux et reconnaissants, les soldats sont entourés, de toutes parts s’élèvent des discussions, des reproches, des appels. »

C’est la grande différence avec la révolution de 1905, qui fut écrasée par les forces de répression : la guerre était passée par là, leçon politique, avec son cortège d’horreurs, de souffrances et aussi de désorganisations sur le front, tout comme d’enrichissement honteux à l’arrière, toutes choses que les soldats avaient en travers de la gorge. Et si les manifestants pouvaient arriver à leurs fins, c’est-à-dire en finir à avec la guerre, et que les soldats puissent alors rentrer dans leurs foyers, eh bien, ceux-ci n’allaient pas tirer avant de connaître l’issue du combat.

La nuit du 25 au 26 février, le gouvernement fit arrêter une centaine de militants révolutionnaires. Le 26 février étant un dimanche, les usines restèrent fermées. La ville fut calme, ce qui permit à la tsarine d’écrire : « le calme règne en ville ». Mais peu à peu, la foule envahit la ville. Les soldats reçurent l’ordre de tirer, ce que certains, membres des écoles de sous-officiers, firent : 40 morts et autant de blessés. La foule allait-elle reculer ? Non, au contraire. D’autant qu’on apprit alors la mutinerie des gardes du corps du tsar, par réaction au fait que les élèves sous-officiers avaient tiré sur la foule.

La fin du tsarisme

Le tsarisme tomba comme un fruit mûr, plus personne ne le soutenant. Même l’état-major avait fait pression sur Nicolas II afin qu’il abdique, avec l’argument que c’était le seul moyen de poursuivre la guerre contre l’Allemagne. Pour se rendre compte du climat qui régnait, voici une anecdote que rapporte Trotsky : le 28 février, le tsar était dans le train ; les cheminots l’empêchèrent de passer ; le tsar errait, son train ne trouvant pas la bonne voie ; la tsarine envoyait au tsar télégramme sur télégramme, qui lui revenaient avec la mention « résidence du destinataire inconnue ». « Les employés du télégraphe ne retrouvaient plus le tsar de Russie », commenta Trotsky.

Finalement, le 2 mars 1917, le tsar renonça au trône en faveur de son frère, le grand-duc Mikhaïl Alexandrovitch Romanov. Celui-ci, devant les protestations des masses qui ne voulaient plus entendre parler d’un Romanov, abdiqua à son tour. En quelques jours, l’ancien régime s’écroula sous les coups de boutoir des masses. A Moscou, les nouvelles qui parvenaient de Petrograd entraînèrent une grève générale et l’élection d’un comité révolutionnaire provisoire. En quelques semaines, la totalité du pays se couvrit de soviets (conseils) d’ouvriers, de soldats et de paysans. 

Qui a dirigé la révolution, qui a pris le pouvoir ?

A la vue des événements, on pourrait penser que la révolution a été totalement spontanée, réalisée par des masses en colère sans aucun mot d’ordre venant d’une quelconque organisation. C’est en partie vrai. Les organisations clandestines étaient extrêmement faibles à Petrograd, à cause de la répression. Les dirigeants bolcheviks restant dans la capitale étaient peu nombreux, les autres se trouvant soit dans l’émigration, comme Lénine ou Zinoviev, soit en prison ou en déportation. Dès les premiers mois de la guerre, les cinq députés bolcheviks à la Douma avaient été arrêtés.

Mais les idées propagées par les révolutionnaires étaient loin d’avoir été éradiquées. Partout, dans les usines, les régiments, les campagnes, se trouvaient des éléments politisés, aptes à expliquer les événements et à accompagner la colère montante des masses. C’est grâce à ces milliers de militants que le soulèvement ne se cantonna pas à une émeute mais devint une révolution.

La question qui se posait à présent était : qui allait exercer le pouvoir ? D’emblée, se constitua un double pouvoir : d’une part, le comité provisoire de la Douma, de l’autre, le comité exécutif provisoire du soviet des ouvriers et des soldats – une dualité issue du rapport de forces à cette étape de la révolution.

Le comité provisoire de la Douma mis en place par un groupe de députés se dota d’un nom significatif : « comité pour le rétablissement de l’ordre gouvernemental et public ». Y figurait notamment Michel Rodzianko, président de la Douma, ancien officier du tsar, monarchiste et riche propriétaire terrien. Sa priorité était le retour à l’ordre. 

Le comité exécutif provisoire, lui, comprenait des leaders populaires juste libérés de prison par les manifestants. Ceux-ci se réunirent et décidèrent de remettre en place un soviet, une référence depuis la  révolution de 1905. Il fut immédiatement appelé à l’élection de délégués, un député soldat par compagnie et un député ouvrier pour 1000 travailleurs. Puis la composition du comité fut complétée par des représentants officiels des divers partis socialistes, bolcheviks, mencheviks et socialistes-révolutionnaires. Les mencheviks y étaient majoritaires.

Le 2 mars, le soviet de Pétrograd reconnut, dans l’attente de la convocation d’une assemblée constituante, la légitimité du gouvernement provisoire, composé majoritairement de représentants du parti cadet4 et ne comptant dans ses rangs aucun socialiste. Le gouvernement s’engagea à appliquer un programme de réformes démocratiques comprenant le suffrage universel, l’abolition de la peine de mort, la reconnaissance des droits des soldats et une amnistie des prisonniers politiques.

Mais très vite, le soviet fut reconnu par les masses comme le représentant légitime du pouvoir. Il se chargea des approvisionnements, fit occuper la banque de l’empire, prit possession des bureaux de poste, des gares, des imprimeries. Sans sa permission, il était impossible d’envoyer un télégramme. Il fut décidé de créer des comités de quartier.

Le paradoxe est qu’à la tête du soviet se trouvaient des socialistes qui estimaient que la révolution était avant tout une révolution bourgeoise et démocratique, et qui n’avaient qu’une idée en tête : transmettre le pouvoir à la classe bourgeoise. Il faut dire que cette situation était particulièrement inédite. Toutes les révolutions antérieures avaient hissé la bourgeoisie au pouvoir, contre l’aristocratie et la féodalité. Mais le prolétariat était alors quasi inexistant, en tout cas atomisé dans de petits ateliers – rien à voir avec la puissance de la classe ouvrière de 1917 en Russie. Les dirigeants des partis ouvriers, y compris les bolcheviks, avaient tous en tête le schéma qui était traditionnel aux yeux des militants social-démocrates de l’époque : une révolution démocratique-bourgeoise dirigée par la bourgeoisie, appuyée sur les masses, qui serait suivie à une étape ultérieure d’une révolution prolétarienne expropriant la bourgeoisie.

Mais la bourgeoisie s’avérait d’emblée timorée, incapable de s’emparer du pouvoir et de réaliser le programme démocratique pour lequel les masses étaient entrées en lutte : la paix, le pain, la terre et les libertés. C’est ce que des dirigeants comme Lénine s’appliquèrent à expliquer, y compris à leur propre parti. Le Parti bolchevik eut la souplesse de s’adapter à cette situation nouvelle et ses militants, fortement implantés dans les lieux de travail, allèrent jusqu’au bout – jusqu’à la prise du pouvoir par les ouvriers et les paysans.  C’est pourquoi, tant d’années après cette révolution, il est si important de ne pas oublier le rôle central d’une direction révolutionnaire.

Immédiatement après la chute du tsarisme se mit donc en place un double pouvoir, avec d’un côté le gouvernement provisoire et de l’autre les soviets. Tout l’enjeu des mois à venir était de savoir au profit de qui cette situation instable, résultat d’un équilibre momentané entre les classes, allait se résoudre. Mais c’est une autre histoire, qui sera abordée dans notre revue au fil des mois de ce 100e anniversaire de la Révolution russe.

Régine Vinon

 

  • 1.D’après le calendrier julien utilisé en Russie jusqu’en 1918. Cela correspond de nos jours au 8 mars.
  • 2.Voir « La Russie à la veille de la révolution », revue l’Anticapitaliste n° 83 de janvier 2017.
  • 3.« Histoire de la révolution russe – La révolution de février », éditions du Seuil. Les autres citations de Trotsky proviennent également de cet ouvrage.
  • 4.Parti constitutionnel démocrate, (K.D. en allemand, traduit par cadet en français), regroupant des membres des professions libérales et des propriétaires fonciers libéraux.