[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Notre journal de la présidentielle : J-49

Brève publiée le 5 mars 2017

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Fillon continue à s'accrocher

Le feuilleton continue, et il est assez incroyable. Il pourrait très mal finir pour la droite. La droite dure s'est mobilisée dimanche au Trocadéro pour soutenir Fillon. Ils étaient motivés ces droitards ! Retailleau a chauffé la foule en annonçant 200.000 personnes, et plus tard 300.000 ! Il y avait également des Sarkozystes de poids comme Baroin (qui s'oppose radicalement à une candidature Juppé), Châtel, Jacob, Ciotti, alors qu'une autre partie des Sarkozystes (avec le soutien de Sarkozy) appellent Fillon à dégager au plus vite. Alors que la météo était exécrable, Fillon a montré que la partie la plus dure de la droite était déterminée à le soutenir. Et selon des sources policières, il aurait tout de même réuni environ 40.000 personnes. Après le rassemblement, Estrosi, Pécresse et Bertrand ont indiqué vouloir rencontrer Fillon lundi pour le convaincre de se retirer. Au 20h de France 2, Fillon a réaffirmé qu'il ne se retirerait pas, mais sans qu'on comprenne si c'était vraiment son dernier mot, refusant de dire « j'irai jusqu'au bout »... Mais aujourd'hui il a marqué des points et ses adversaires temporisent.

Par ailleurs, Henri De Lesquen, révisionniste d'ultra-droite, avait posté une vidéo de soutien à Fillon contre « l'oligarchie cosmopolite », on pourra la voir ici :

https://www.youtube.com/watch?v=xyuYoPNmppI

Le pognon de Macron

Dans un article publié aujourd'hui, Mediapart révèle que Macron a déjà récolté 8 millions : la moitié du plafond de dépenses autorisé par la loi pour le premier tour d’une présidentielle. 30 000 donateurs ont versé leur écot. 160 ont versé plus de 5 000 euros (le plafond légal est à 7 500 euros), soit un dixième des dons recueillis. En remerciement, ils ont reçu la lettre manuscrite qu'Emmanuel Macron réserve aux donateurs de plus de 3 000 euros. Macron refuse de révéler l'identité de ces généreux donateurs au nom du « secret fiscal ». Des soirées privées sont organisées pour plus de discrétion, où plus de 100.000 euros sont collectés ! Macron est venu trois fois ces dernières semaines à Londres, pour collecter de l'argent.

Macron est le candidat du vide qui ne laisse place qu'au fric ostentatoire, celui qui « rêve de jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires ». Celui qui a gagné 3 millions d'euros à la banque Rothschild en 3 ans entre 2009 et 2012. Et, de façon étrange, une grosse partie de ce magot ne se retrouve nulle part... Aurait-il donc tout dépensé ?

Campagne Hamon : L'IMPOSTURE

Petit Ben a bénéficié d'une grande exposition médiatique ce week-end : « On n'est pas couché » samedi soir (https://www.youtube.com/watch?v=CXrYcV8UlNo), « Punchline » ce dimanche : http://www.c8.fr/c8-info/pid8591-c8-punchline.html?vid=1438707

L'imposture de Hamon sur la question européenne est flagrante. Il affirme « vouloir changer les règles » en Europe. Impressionnant. Sauf qu'il assure qu'il ne rompra jamais avec l'UE même s'il n'arrive pas à changer les règles : « je n'ai pas de plan B ». Hamon fera des propositions... et si elles sont refusées par les autres, et bien il les remballera ! Mais « il pense » que cela marchera, et il compte sur Papa Schulz pour obtenir l'accord de l'Allemagne. Car le nouveau pote altermondialiste de Hamon est Martin Schulz, nouveau chef du SPD allemand. Un personnage crédible pour « changer les règles du jeu » en Europe puisqu'il a présidé le parlement européen ces 5 dernières années et a co-dirigé l'Europe avec Juncker. Mais attention, Papa Schulz s'apprête à renverser la table avec Petit Ben' !

Par ailleurs, Hamon a indiqué vouloir continuer la politique de baisse des cotisations qui « pèsent » sur les entreprises. Il souhaite baisser les cotisations patronales en contrepartie d'une « nouvelle organisation du travail ». Patrons, tremblez ! Bill Gates n'a rien compris, il soutient la « taxe robot » de ce dangereux gauchiste : http://www.liberation.fr/futurs/2017/02/20/la-taxe-robot-de-hamon-soutenue-par-bill-gates_1549849

Campagne Mélenchon : la BD des Insoumis

On ne peut pas nier que les partisans de Mélenchon se creusent les méninges pour animer leur campagne. Dernière trouvaille : la mise en BD du programme de Méluch' :

https://avenirencommun.fr/bd/

L'initiative est sympa et permet de s'adresser à de nouveaux publics. Mais puisque nous avons mauvais esprit et que nous ne sommes pas des groupies, arrêtons nous sur une planche.

avenirencommun-bd-23

Sur celle-ci, on voit que le problème apparaît quand le méchant capitaliste (financier) se ramène avec son gros sac d'argent pour acheter l'entreprise du gentil patron. Le capitalisme devient méchant quand « le pouvoir n'appartient plus au patron mais à l'actionnaire » : et là, le travailleur devient maltraité, le travail est intensifié, etc. Ah, le bon vieux temps d'un capitalisme avant la financiarisation ! Le programme de Mélenchon consiste à faire intervenir l’État pour « définanciariser » l'économie et retrouver un bon capitalisme, avec des bons patrons et des travailleurs heureux de se faire exploités par des patrons de proximité.

La BD finit par de la publicité pour le livre « la France en commun » vendu 3 euros. Camarade insoumis, la Tendance Claire du NPA vous le propose gratuitement, car on ne peut pas priver les masses populaires du petit livre rouge du 21ème siècle. Vous pouvez le lire ici :

http://tendanceclaire.org/contenu/autre/Programme-France-Insoumise-2017.pdf

Sondage

Le sondage du jour donne Fillon en chute libre alors que Juppé accèderait au second tour :

http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/03/05/35003-20170305ARTFIG00147-sondage-fillon-chute-juppe-se-qualifierait-au-second-tour.php

Conseil constitutionnel

Scandale : Le Conseil Constitutionnel censure certains parrainages

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/scandale-le-conseil-190356