[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Apologie du terrorisme: deux ans requis contre Rouillan

Brève publiée le 18 avril 2017

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

SCANDALEUX

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/04/18/apologie-du-terrorisme-deux-ans-requis-contre-jean-marc-rouillan_5113211_1653578.html?xtor=RSS-3208

Le cofondateur du groupe Action directe avait qualifié les djihadistes ayant frappé la France en 2015 de « très courageux ».

L’avocat général a requis mardi 18 avril deux ans de prison, dont un an assorti d’un sursis avec mise à l’épreuve, contre Jean-Marc Rouillan, ancien membre d’Action directe, jugé pour « apologie du terrorisme ».

Il avait été condamné en septembre 2016 en première instance à huit mois de prison, pour avoir qualifié de « très courageux » les djihadistes qui ont frappé la France en janvier et novembre 2015. Ces propos ont été tenus le 23 février 2016, lors de l’enregistrement d’une émission de radio. « Ils se sont battus courageusement : ils se battent dans les rues de Paris » alors qu’ils « savent qu’il y a 2 000 ou 3 000 flics autour d’eux », avait-il lancé.

« Indiscutablement un terroriste »

En liberté conditionnelle depuis 2012, après avoir passé vingt-quatre ans derrière les barreaux, Jean-Marc Rouillan avait fait appel. Le cofondateur d’Action directe, qui a commis plusieurs assassinats et attentats dans les années 1980, est le dernier membre du groupe armé d’extrême gauche à avoir recouvré la liberté.

L’avocat général a réclamé mardi lors du procès en appel une « plus grande sévérité » face à « quelqu’un qui est indiscutablement un terroriste » et « tout à fait conscient de la portée de ses propos ». Autrefois dans le champ de la loi sur la liberté de la presse, considérée comme plus protectrice, le délit d’apologie du terrorisme est passé dans le régime commun du droit pénal avec une loi du 13 novembre 2014. La décision sera rendue le 16 mai.