[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Le métro reprend après dix jours de grève à Buenos Aires

lutte-de-classe

Brève publiée le 14 août 2012

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

BUENOS AIRES (Non défini), 14 août 2012 (AFP) - La grève du métro de Buenos Aires, qui a semé le chaos dans la mégapole argentine et touché un million d'usagers pendant dix jours, a été levée, a annoncé lundi soir lors d'une conférence de presse un responsable syndical, Roberto Pianelli.

"Nous allons suspendre notre grève", a dit M. Pianelli. "Nous sommes parvenus à un accord provisoire", a-t-il précisé à l'issue d'entretiens avec les responsables de l'entreprise. "Le problème n'est pas pour autant réglé, car la question salariale n'est pas réglée", a-t-il averti.

L'accord signé prévoit une hausse salariale de 23%, alors que l'inflation annuelle est d'environ 25% selon les économistes indépendants.

L'Association syndicale des travailleurs du métro (gauche), qui regroupe quelque 2.500 employés et aura fait la grève la plus longue de l'histoire du métro argentin -inauguré en 1913, le premier d'Amérique latine-, exigeait un augmentation salariale de 28%.

Buenos Aires compte 3 millions d'habitants, mais les jours ouvrables, 3 millions supplémentaires habitant en banlieue vont y travailler.

Dans les rues de Buenos Aires, des milliers d'usagers exaspérés ont tenté pendant dix jours de rejoindre leur travail à pied ou à vélo pour éviter les embouteillages.

Cette grève a fait éclater aussi au grand jour un conflit ouvert entre la présidente Cristina Kirchner et son rival de droite, le maire de la capitale Mauricio Macri.

Le maire de Buenos Aires a signé en janvier un accord de principe pour assumer la gestion du métro, jusqu'alors prise en charge par l'Etat. Dans la foulée, il a décidé de doubler le prix du ticket.

Mais dénonçant le non respect par l'Etat de plusieurs clauses et le mauvais état des wagons, M. Macri a renoncé ensuite à la gestion du métro.

Le gouvernement a fait alors adopter une loi au Congrès lui transférant la gestion du réseau, alors que le parlement de la ville autonome de Buenos Aires a voté de son côté une loi rendant l'administration du métro à l'Etat.