[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Ford Blanquefort : mobilisation pour manifester au Mondial de l'automobile à Paris!

lutte-de-classe

Brève publiée le 28 août 2012

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Communqué CGT Ford Blanquefort du 25 août 2012

L'intersyndicale CGT-CFTC-CFDT de l'usine Ford de Blanquefort (Gironde) a lancé vendredi un appel à une mobilisation pour l'emploi à l'occasion du Mondial de l'automobile, le 29 septembre à Paris, a annoncé l'ex-candidat à la présidentielle et syndicaliste Philippe Poutou.

"Nous nous lançons dans la préparation d'une manifestation au Mondial de l'auto le samedi 29 septembre", dit M. Poutou dans un communiqué, précisant qu'un train spécialement affrété partira de Bordeaux pour Paris afin "de mettre une nouvelle fois la pression sur Ford en allant directement sur les lieux de la vitrine des constructeurs".

En décembre 2011, les dirigeants de Ford Europe s'étaient engagés à maintenir l'emploi de mille salariés au sein de l'usine First Aquitaine Industries (FAI) à Blanquefort. Selon le délégué syndical CGT, et ex-candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) à la présidentielle, la multinationale "a les moyens de maintenir tous les emplois".

Dans un courrier aux maires de Gironde, l'intersyndicale exprime aussi son inquiétude quant à l'avenir de l'usine, en dépit des assurances fournies par Ford. Le courrier fait état d'un tableau présenté par Ford lors d'un Comité extraordinaire d'entreprise du 5 juillet, et montrant que les projets industriels en cours garantissent 400 emplois en 2012, 900 en 2013 et 1.000 entre 2014 et 2016.

L'intersyndicale met en doute la viabilité à Blanquefort de certains projets, en particulier ceux fondés sur la fabrication de boîtes de vitesse de type 6F35, "déjà fabriquée aux Etats-Unis et qui le sera en Chine dès 2014". "De fait, l'usine FAI se trouve en concurrence avec ces deux usines", dit-elle. "Nous ne sommes pas dans la situation d'il y a deux ans. Il y a des machines qui s'achètent, qui arrivent. Mais cela n'occupera pas mille emplois sur la durée, tel que c'est aujourd'hui", a déclaré M. Poutou à l'AFP.

L'usine, vendue par Ford, puis rachetée en janvier 2011 par le constructeur, près de deux ans après sa reprise par l'Allemand HZ Holding compte environ 1.100 salariés. Les syndicats exigent aussi le retour du logo "Ford" sur l'usine. "Ce serait la preuve pour nous de notre totale réintégration dans le giron Ford", a dit M. Poutou.