[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Le plan Mittal-Montebourg est inacceptable

lutte-de-classe

Brève publiée le 1 octobre 2012

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Communiqué du NPA.

Après 14 mois « d'arrêt indéterminé », la Direction d'ArrcelorMittal a officialisé aujourd'hui l'arrêt définitif de la partie chaude de Florange : les 2 hauts-fourneaux et l'aciérie seront fermés, envoyant directement 629 personnes chez Pôle Emploi, sans compter les sous-traitants et les intérimaires déjà remerciés depuis le début du conflit. De plus, aucun investissement n'est prévu sur le train à froid restant aux mains d'ArcelorMittal.

Mittal accepte de céder la partie chaude de l'usine si l'Etat trouve un repreneur avant le 1er Décembre !

Une fois de plus, le gouvernement n'affrontera pas un groupe capitaliste qui a le droit de réduire des vies de salariés à la survie mais essaiera de négocier cyniquement quelques licenciés de moins comme pour tous les plans sociaux actuels.

Après avoir réalisé 4.2 milliards d'euros de bénéfice nets au cours des 18 derniers mois, Mittal peut se permettre de jeter ses salariés, comme à Liège et dans le reste de l'Europe, en imposant aux pouvoirs publics ses désirs. Il est évident que le Groupe fera tout pour qu'il n'y ait aucun repreneur, et même si celui-ci voyait le jour, les salariés paieraient encore le prix fort.

Il faut absolument que les nombreuses luttes actuelles chez Arcelor, PSA, Doux, Fralib, Sanofi et toutes les autres, se retrouvent dans un mouvement unitaire et engagent avec l'ensemble de la population un bras de fer contre cette politique capitaliste pour placer les secteurs clés de l'économie sous contrôle des travailleurs et de la population.

Le NPA continue son combat auprès des travailleurs d'ArcelorMittal. Notre camarade Philippe Poutou sera Mercredi à Florange pour apporter notre solidarité et discuter de la convergence nécessaire des luttes.

Montreuil, le 1 octobre 2012