[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Espagne : appel à la grève le 14 novembre contre la rigueur

Espagne lutte-de-classe

Brève publiée le 19 octobre 2012

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

(afp) Les deux principaux syndicats en Espagne, CCOO et UGT, ont appelé vendredi à une grève générale le 14 novembre pour protester contre la cure de rigueur sans précédent imposée par le gouvernement conservateur à ce pays en récession.

"Nous avons pris la décision à l'unanimité de convoquer une grève générale de 24 heures le 14 novembre dans le cadre de la journée d'action et de solidarité européenne, décidée par la Confédération européenne des syndicats", a déclaré lors d'une conférence de presse le secrétaire général de l'UGT, Candido Mendez.

Un sommet social, rassemblant d'autres syndicats et une centaine d'organisations sociales, s'est réuni vendredi après-midi et a approuvé officiellement cet appel à la grève générale.

La proposition, a ajouté M. Mendez, a reçu le "soutien unanime" de l'ensemble des participants au sommet social.

"L'austérité ne fonctionne pas", a lancé pour sa part Ignacio Fernandez Toxo, le secrétaire général de CCOO, en appelant les salariés à descendre dans les rues le jour de la grève générale pour protester contre les coupes budgétaires imposées par le gouvernement de Mariano Rajoy.

La Confédération européenne des syndicats (CES) a appelé à une journée d'action en Europe le 14 novembre pour dénoncer les mesures d'austérité, sous "diverses formes: grèves, manifestations, rassemblements et autres actions".

Un appel à la grève générale a été lancé à cette date au Portugal et le principal syndicat du secteur privé en Grèce, la GSEE, a également appelé à un arrêt de travail.

"Selon toute probabilité, d'autres pays, d'autres organisations syndicales se joindront à cet appel dans les jours qui viennent", a ajouté Ignacio Fernandez Toxo.

En Espagne, il s'agira de la deuxième grève générale en moins d'un an, après celle du 29 mars. Des centaines de milliers de personnes avaient alors défilé à travers le pays pour dénoncer des mesures de rigueur qui touchent les plus modestes, dans un pays où un actif sur quatre est au chômage.

Depuis, les manifestations se succèdent en Espagne, étranglée par la crise et les mesures d'austérité prises par le gouvernement pour redresser les comptes publics.

"Les politiques de coupes budgétaires sont les responsables de l'asphyxie économique et du démantèlement de notre modèle social", accuse ainsi l'UGT dans une résolution approuvée vendredi matin, ajoutant que "tout cela place les familles de notre pays dans une situation insoutenable".