[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Grève des enseignants en Slovaquie, les écoles fermées

éducation lutte-de-classe

Brève publiée le 26 novembre 2012

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

BRATISLAVA, 26 nov 2012 (AFP) - Les enseignants des écoles primaires et secondaires en Slovaquie ainsi qu'une partie des enseignants des universités, ont entamé lundi une grève illimitée, le plus grand mouvement de protestation jamais mené dans le secteur de l'éducation, pour réclamer des hausses de salaires de 10%.

"Quelque 80% des écoles primaires, 70% des écoles secondaires et 5% des universités ainsi que certaines écoles maternelles, étaient fermés lundi", a déclaré à l'AFP le président du syndicat national des enseignants, Pavel Ondek.

En Slovaquie, le salaire d'un enseignant commence à 435 euros par mois pour atteindre 580 euros net après quinze ans, soit bien au-dessous du salaire moyen de 770 euros.

Le gouvernement a proposé la semaine dernière une hausse de salaire de 5%, mais le syndicat réclame une majoration de 10% pour tous les employés dans l'Éducation, aussi bien pour les enseignants que le personnel non-enseignant.

La grève intervient alors que le gouvernement de gauche de Robert Fico a décidé un programme de coupes budgétaires pour réduire le déficit public à environ 2,9% du PIB en 2013 contre 4,6% attendus fin 2012. Le gouvernement entend ainsi se conformer aux critères de Maastricht prévoyant notamment un déficit public sous la barre des 3,0% du PIB.

La Slovaquie devrait selon la Commission européenne afficher cette année la plus forte croissance du PIB (+1,8%) parmi les 17 pays membres de la zone euro. La croissance du PIB slovaque a cependant ralenti depuis deux ans (3,3% en 2011 après 4,2% en 2010).

Le Premier ministre a récemment souligné que "si on n'atteint pas ces objectifs (de réduction du déficit en dessous du seuil des 3% du PIB) on sera pénalisé par les marchés".

Le syndicat national des enseignants a précisé dans un communiqué qu'il voulait "que le gouvernement augmente ses dépenses pour l'Éducation à 6% du PIB, le niveau moyen dans les autres pays de l'UE, contre 3,2% actuellement".

L'économie de ce ex-pays communiste qui a rejoint l'UE en 2004 et adopté l'euro en 2009, est essentiellement tirée par les industries automobile et électronique.