[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    SNCF - Ligne D du RER : sécurité ne rime pas avec économies de personnel

    lutte-de-classe

    Brève publiée le 2 décembre 2012

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    (LO) Les cheminots de nombreuses gares de banlieue desservies par la ligne D du RER ont déposé un préavis de grève pour le 3 décembre à l'appel du syndicat Sud-Rail. Ils veulent montrer ce jour-là à la direction de la SNCF et du Transilien qu'ils en ont plus qu'assez de la dégradation de leurs conditions de travail, dont les voyageurs subissent eux aussi les effets, en particulier au niveau de l'accueil et de la sécurité.

    En effet, la SNCF est en train de réorganiser ce qu'elle appelle « l'humanisation » des gares de la ligne D. Il s'agissait au départ d'assurer une présence de cheminots jusqu'au dernier train dans la plupart des gares de la ligne, en particulier dans les plus grandes. La présence de deux agents SNCF et d'un maître-chien était déjà très juste pour assurer l'accueil, le renseignement et la vigilance sur les trains de fin de soirée. Sans compter que de nombreuses gares de moindre importance étaient totalement dépourvues d'un tel service. Mais malgré tout, pour les usagers et les conducteurs de train, cette disposition était rassurante là où elle existait.

    Or la direction vient de décider de réduire les équipes d'humanisation, sous prétexte de pénurie de maîtres-chiens et de problèmes de personnel. Comme si ce n'était pas elle qui refusait d'embaucher du personnel en suffisance ! Elle souhaite créer des points d'accueil fixes où seront postés les agents SNCF, qui n'auront plus alors la possibilité d'intervenir en cas de problème.

    Parallèlement, elle explique que la création de 170 postes pour toute l'Île-de-France dans le cadre d'équipes mobiles sur les trains devrait permettre d'assurer la sécurité de tous. Elle se moque ainsi ouvertement des usagers comme des cheminots, de façon d'autant plus scandaleuse d'ailleurs que, dans le même temps, elle supprime du personnel dans de petites gares de la ligne D comme Ponthierry, Évry Val-de-Seine, Ris-Orangis, Mennecy, Ballancourt, quand elle ne ferme pas tout simplement ces gares les week-ends et jours fériés.

    Correspondant L O