[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Bangladesh : nouveaux heurts entre ouvriers du textile et police

lutte-de-classe

Brève publiée le 3 décembre 2012

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

De nouveaux heurts ont opposé, lundi 3 décembre, au Bangladesh la police à quelque 10’000 ouvriers du textile manifestant pour de meilleures conditions de travail,après l’incendie qui a coûté la vie à 110 d’entre eux, le 24 novembre, dans une usine près de la capitale, Dacca.

Selon le directeur adjoint de la police chargé du secteur industriel, Moktar Ali, une fausse rumeur faisant état d’un nouvel incendie dans une usine a déclenché des manifestations à Ashulia, une zone industrielle abritant plus de cinq cents usines de confection dans la périphérie de Dacca.

UNE CINQUANTAINE D’USINES FERMÉES

“Il y avait environ 10’000 ouvriers. Ils ont bloqué une route à Ashulia et s’en sont pris à des véhicules et à des usines”, a déclaré M. Ali. La police a tiré des balles en caoutchouc et des grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants, qui ont répliqué en jetant des pierres, a-t-il ajouté, précisant qu’une cinquantaine d’usines avait fermé par crainte de vandalisme et de nouvelles violences.

L’incendie le 24 novembre dans l’usine Tazreen Fashion, à Ashulia, a fait 110 morts, dont de nombreuses femmes, parmi les ouvriers qui travaillaient pour des marques occidentales et dont le revenu minimum mensuel est de 28 euros.

Depuis le drame, des militants pour le droit du travail et des ouvriers manifestent presque quotidiennement à Ashulia et à Dacca. La Clean Clothes Campaign, une association de défense des travailleurs du textile dont le siège se trouve à Amsterdam, affirme qu’environ 700 employés de la confection sont morts dans des incendies depuis 2006 au Bangladesh, devenu le deuxième pays exportateur au monde de vêtements.

(LeMonde.fr avec AFP, 3 décembre 2012)