[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Florange: des salariés d'ArcelorMittal à Fos bloquent l'entrée de l'usine

lutte-de-classe

Brève publiée le 6 décembre 2012

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

MARSEILLE, 06 déc 2012 (AFP) - Des salariés de l'usine ArcelorMittal de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) ont décidé de bloquer jeudi l'entrée des camions approvisionnant le site, en solidarité avec leurs collègues de Florange (Moselle), a-t-on appris de sources syndicales.

Une partie des équipes de l'unité produits finis s'est également mise en grève, empêchant les bobines d'acier de sortir de l'usine, a indiqué un représentant de la CGT.

Manifestants et grévistes réagissaient à l'annonce par la Commission européenne, jeudi, du retrait du dossier Ulcos, projet pilote qui devait être mis en oeuvre sur les hauts-fourneaux d'ArcelorMittal à Florange. Le groupe Mittal a néanmoins assuré que ce retrait à Bruxelles ne signifiait pas l'abandon du projet.

"On est en colère de voir que les salariés de Florange et leurs délégués syndicaux sont traités de cette manière, on s'est moqué d'eux", a expliqué à l'AFP Michel Tosi, délégué CFDT de l'usine de Fos. "On est dans le même groupe, on veut marquer le coup (...) C'est la fin des hauts-fourneaux (à Florange, ndlr), ils sont morts", a-t-il ajouté.

Pour Sébastien Thomas, de la CGT, si Florange "est dans tous les esprits", c'est aussi la revalorisation salariale de 0% proposée par la direction aux salariés qui a mis le feu aux poudres.

"On a fait beaucoup d'efforts, on a réinternalisé des activités sans gagner plus", a précisé le syndicaliste.

Outre l'entrée des camions, les salariés comptaient aussi empêcher les trains de sortir. "Soutien à Florange", pouvait-on lire sur une banderole de la CFDT devant l'entrée principale de l'usine, bloquée par un chariot de supermarché et un conteneur à déchets.

Selon la CFDT, plusieurs dizaines de poids lourds entrent chaque jour sur le site, apportant produits chimiques, pièces détachées, etc. Le blocage ne devrait cependant pas dans l'immédiat affecter la production.

La direction de l'usine devait communiquer ultérieurement dans la journée.