[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Les employés du métro d'Athènes en grève réquisitionnés

Grèce lutte-de-classe

Brève publiée le 25 janvier 2013

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

(Reuters) Le gouvernement grec a ordonné jeudi aux employés du métro d'Athènes, dont la grève paralyse la capitale depuis une semaine, de reprendre le travail, les menaçant d'une arrestation en cas de refus.

Les grévistes protestent contre leur intégration dans un système de salaires unifié des employés du secteur public, qui devrait conduire à une diminution de leur traitement.

Le gouvernement d'Antonis Samaras leur a ordonné de reprendre le travail dans le cadre d'une législation d'exception utilisée pour la première fois depuis son accession au pouvoir en juin 2012.

"Ni le gouvernement, ni la société ne peuvent être retenus en otage par les syndicats", a déclaré le ministre du Développement Kostis Hatzidakis après avoir rencontré le Premier ministre pendant près de cinq heures. "Le gouvernement ne peut pas ignorer cela. Il n'y a rien d'autre que nous puissions faire", a-t-il ajouté.

Les grévistes ont refusé de répondre à l'injonction. "Nous ne cèderons pas, nous résisterons", a déclaré à Reuters le dirigeant syndical Antonis Stamatopoulos. Cette grève est le dernier test politique en date pour la fragile coalition au pouvoir, alors qu'elle tente toujours de mettre en oeuvre le programme d'austérité voulu par les bailleurs internationaux en échange d'une aide financière.

La menace du gouvernement a néanmoins été critiquée dans les rangs du plus petit parti de la coalition.

"Alors que la société est sous une telle pression, toute option susceptible d'aboutir à un accord doit être épuisée en premier", a déclaré la Gauche démocratique dans un communiqué. "Se montrer intransigeant -des deux côtés- n'aide pas."

Les conducteurs de bus et de train et les pilotes de bateau ont menacé de cesser à leur tour le travail dans les prochains jours en signe de solidarité.